Plus de 7 Français sur 10 (71%) sont favorables à ce que l’élection des députés se fasse au scrutin proportionnel plutôt qu’au scrutin majoritaire

  • Alors que la République en Marche ! (LREM) est en passe de remporter la majorité absolue des sièges de l’Assemblée nationale, les Français s’interrogent sur la validité du scrutin majoritaire pour les élections législatives.
  • Ce sont les sympathisants des partis dits non-traditionnels qui sont les plus nombreux à souhaiter le retour à la proportionnelle (88% pour la France insoumise, et 87% pour le Front National). Un résultat qui s’explique par le décalage entre la performance de leurs candidats au 1er tour de l’élection présidentielle et le nombre de députés dont ils bénéficieront à l’Assemblée. Les personnes proches du Parti socialiste, dont le parti est pourtant en difficulté dans l’entre-deux-tours, sont elles 47% à être opposées à la mise en place d’un scrutin proportionnel.

Une courte majorité de Français (54%) estime que l’obtention d’une majorité absolue de la République en Marche ! à l’Assemblée nationale serait une mauvaise chose

  • Une nouvelle fois, ce sont les sympathisants de la France Insoumise (82%) et ceux du Front National (83%) qui sont les plus hostiles à cette idée. Les partis plus proches de LREM ne sont pas aussi catégoriques : 46% des personnes proches du PS estiment qu’il s’agirait d’une mauvaise chose, contre 59% chez les Républicains.

La France Insoumise : le mouvement qui serait le plus à même de constituer une opposition réelle et efficace face à Emmanuel Macron pour 42% des Français

  • Le mouvement de Jean-Luc Mélenchon confirme sa percée auprès des Français. À noter que l’aura du Parti socialiste a définitivement perdu de sa superbe : seuls 4% des Français pensent qu’il pourrait être le parti de l’opposition face à Emmanuel Macron. La défiance à l’égard du Parti de la rose est telle que même ses propres sympathisants sont plus nombreux à penser que La France Insoumise incarnerait l’opposition (46%) plutôt que le PS (26%), un résultat qui s’explique également par la proximité idéologique qui peut exister entre la droite du PS et la majorité présidentielle.

Pour plus de 9 personnes sur 10, le Parti socialiste traverse actuellement une crise profonde

  • Le Parti socialiste arrivera-t-il à se relever de la crise politique et électorale qu’il traverse depuis le premier tour de l’élection présidentielle de 2017 ? Rien n’est moins sûr : 91% des Français estiment en effet qu’il fait face à une crise profonde. Un constat partagé par l’ensemble de la population, toute affinité politique confondue (89% France Insoumise, 90% Les Républicains, 96% Front National).
  • Les sympathisants du PS sont à peine plus optimistes : 80% déclarent que leur parti traverse une crise profonde contre 19% une crise passagère.

Moins d’1 Français sur 2 déclare être favorable à un changement de nom du Parti socialiste

  • Une mutation en surface du Parti socialiste ne semble pas particulièrement attendue des Français : 45% seraient favorables à ce qu’il change de nom, quand 45% y seraient au contraire opposés. Notons néanmoins que cette idée convainc de plus en plus de personnes : en janvier 2016, seuls 36% se prononçaient en faveur d’un changement de nom (+9 pts).
  • Les sympathisants du PS, principaux concernés, sont à peine un tiers à souhaiter que leur parti change d’identité (36%, +9 pts). À l’inverse les sympathisants de la France Insoumise sont beaucoup plus enclins à un tel changement : 52% y sont favorables.