En pleine tourmente sociale activée par les Gilets jaunes, au lendemain de l’intervention du Président de la République et sur fond de révolution copernicienne du système de santé, la ministre des Solidarités et de la Santé était l’invitée des Contrepoints de la santé, organisés le 11 décembre à Paris.

Fidèle à elle-même, la main de fer dans un gant de velours, Agnès Buzyn a, tour à tour, flatté, menacé et fait œuvre de pédagogie.

Plusieurs sujets ont été évoqués et débattus à cette occasion : les hôpitaux de proximité, la T2A, l’évaluation de la qualité des parcours de soins, les communautés professionnelles territoriales de santé, le reste à charge zéro, l’articulation entre budget de l’État et budget de la Sécurité Sociale, la souffrance des professionnels de santé…

Découvrez la synthèse complète du débat par la Veille des Acteurs de la Santé :

Proximité, expertise, seuil d’activité


Découvrez en vidéo les autres temps forts de l’événement :


BVA, partenaire de l’événement, a réalisé un sondage auprès des Français :


Le système de santé français apparaît contrasté, avec de solides atouts mais des points d’amélioration patents

Par rapport aux autres systèmes de santé en Europe, les Français estiment que notre système est à la pointe en termes de formation des médecins et concernant les plateaux techniques. Ils sont moins enthousiastes mais néanmoins positifs sur l’organisation de notre système de santé, sur ses compétences en matière de recherche clinique et sur l’accès à des traitements innovants et à des soins de qualité quel que soit leur niveau de ressources.

Les principaux points noirs concernent la mauvaise gestion de celui-ci, notamment en termes de gaspillage, et le manque de valorisation du travail infirmier. Seulement 2 Français sur 10 sont positifs concernant l’équivalence de l’accès aux soins sur l’ensemble du territoire et le contrôle adéquat des produits de santé sur le marché afin de garantir la sécurité des patients.

Une proportion non négligeable de Français reste à convaincre de l’efficacité de certaines mesures

Un certain nombre d’actions ont été menées par le Ministère de la Santé en 2018. L’augmentation du prix du tabac, le passage de 3 à 11 vaccins obligatoires chez les nourrissons, le Dossier Médical Partagé (DMP) et le « reste à charge zéro » des frais d’optiques et des prothèses dentaires et auditives sont celles qui ont le plus marqué les Français.

Une majorité d’entre eux sont persuadés de l’efficacité du développement des soins de santé de proximité, du DMP et du « reste à charge zéro ». En revanche, près de la moitié des Français ne sont pas convaincus par la réorganisation des hôpitaux, la hausse du prix du tabac et le développement de la santé en ligne et de la téléconsultation.

6 Français sur 10 ont rencontré au moins un problème lié à leur prise en charge en matière de santé

Si un quart ont été satisfaits de leur prise en charge et 15% n’ont pas eu recours à des soins en 2018, 60% des Français ont pu être inquiets à ce sujet. Ainsi, 43% des Français ont rencontré des difficultés à obtenir un rendez-vous chez un spécialiste et près de 2 sur 10 à avoir un rendez-vous pour des examens (18%) ou à trouver un médecin traitant (17%).

Par ailleurs, 21% des Français ont eu des problèmes de remboursements ou de prise en charge financière et 8% ont ressenti des effets secondaires liés à un changement de formule de médicament.

La confiance des Français dans l’action de l’exécutif en matière de santé s’est stabilisée au cours des derniers mois de l’année 2018 mais a perdu 10 points en un an.

Sondage réalisé du 3 au 4.12.2018