Nos avatars peuvent déjà s’y promener, y faire du shopping et même construire leurs propres bureaux : le métavers propose une expérience réaliste qui révolutionne la stratégie des entreprises. 

Mais le métavers, qu’est-ce que c’est ? C’est un “monde virtuel, immersif et persistant, qui permet la virtualisation des activités humaines, notamment sociales, ludiques, culturelles et commerciale”.  

Ici, le mot « persistant » signifie « un monde virtuel qui existe, évolue et se développe de manière continue et autonome, indépendamment de la présence des utilisateurs ». 

Intrigués ? Découvrez comment certaines entreprises misent sur cet univers pour repenser leur expérience client, à travers quelques-unes des dernières actualités du métavers  👇 

 

Nike propose une version en réalité augmentée de Nikeland son monde virtuel dans le métavers

 

Au premier étage de la Nike NYC House of Innovation, l’espace Kids a été brièvement converti en « une version en réalité augmentée de Nikeland », et transformé essentiellement en un terrain de jeu virtuel.  

Les jeunes visiteurs pouvaient modifier leur avatar 3D avec une collection virtuelle de chaussures, de vêtements et d’accessoires Nike, tester leurs compétences et affronter d’autres joueurs dans une version AR de « Floor is Lava ». 

Ils ont pu également concevoir leurs propres mini-jeux à partir de matériel sportif interactif. En secouant leurs téléphones mobiles et en utilisant l’accéléromètre, les visiteurs de Nikeland ont profité de super pouvoirs, comme d’impressionnants sauts en longueur ou augmenter leur vitesse dans le jeu.

 

 

Une start up japonaise initie les sensations physiques dans le métavers

 

Voici une nouveauté dans le métavers qui pourrait rendre l’expérience encore plus réaliste.

Elle est dû à la start-up japonaise H2L technologie qui aurait trouvé comment faire ressentir physiquement aux utilisateurs ce qui se passe dans le jeu. Cela serait possible grâce à un bracelet qui distribuera des petites décharges électriques qui selon leurs intensités feront ressentir différentes sensations.

Les joueurs pourraient ainsi avoir l’impression de porter un objet, d’être bloqué, de ressentir une résistance, de s’être blessé, ou encore d’attraper une balle. Cette innovation pourrait venir brouiller les frontières entre réalité et virtuel, pour donner aux joueurs une illusion de réalité toujours plus poussée.

 

 

LEGO s’associe à Epic Game pour se lancer dans le métavers de manière sécurisée

 

Lego veut entrer dans le métavers, mais pas n’importe comment !

Afin d’offrir un métavers plus sûr, la marque s’est associée à Epic Game, l’éditeur de Fortnite, qui a dernièrement acquis SuperAwesome, une entreprise spécialisée dans le développement d’internet pour les moins de 16 ans.

Alors que les espaces comme Decentraland ou Roblox accueillent des utilisateurs plus âgés avec les risques que cela peut représenter pour des enfants, la marque a fait le choix d’outils adaptés : ciblage des publicités, régulation des créateurs et communautés, obligation d’un consentement parental.

Ceci donne aux enfants la possibilité de jouer en ligne avec d’autres utilisateurs de leurs âges dans le respect de règles de propriété et de protection de la vie privée plus sûres, et aux parents des outils de surveillance nécessaires à leur tranquillité d’esprit.

 

META initie la protection des avatars

 

Alors que le métaverse est en plein essor, Meta souhaite protéger les utilisateurs de possibles intrusions dans l’espace personnel de leur avatar.

Prévenir les interactions indésirables s’inscrit dans une démarche anti-harcèlement qui fait suite notamment aux déclarations d’une femme donl’avatar aurait été violé sur la plateforme. L’objectif est de rassurer les clients et d’instaurer avec eux un climat de confiance.

Dans le futur, Meta envisage de « donner la main » aux utilisateurs afin qu’ils fixent eux-mêmes les limites « personnelles » pour leur avatar.

 

 

 

Le journal SCMP se déploie dans le métavers

 

Le South China Morning Post (SCMPse déploie sur la plateforme de metaverse Sandbox.

Il propose un tour de Hong Kong gamifié et amplifié grâce aux archives du journal, datant de plus d’un siècle. Jusqu’à la fin du mois, vous pouvez donc découvrir la ville et notamment l’histoire de sa jetée, le « Star Ferry Pier », dans un aller-retour virtuel entre passé et présent.

Développé sous forme de jeu avec des challenges à relever, cette expérience culturelle et historique laisse la possibilité à toutes les générations de remporter la partie.

 

 

Vice a construit des bureaux dans le métavers

 

Le studio d’architecture danois BIG a conçu son premier bâtiment dans le métavers, un bureau virtuel pour les employés de la société de médias Vice Media Group, appelé Viceverse.

Récemment ouvert, ce bureau est situé sur la plate-forme Decentraland, où il servira de laboratoire d’innovation virtuel de l’agence et permettra aux employés de travailler dans le métavers sur les jetons non fongibles (NFT) et d’autres projets numériques.

Les employés du nouveau siège social peuvent organiser des réunions et collaborer avec leurs collègues du monde entier. L’un des objectifs fixés par le patron du média Vice est de développer la recherche numérique de terrain sur la sociologie des communautés numériques.

 

 

 

Samsung réinvente le shopping dans le métavers

 

Samsung recrée virtuellement son magasin phare  de New York dans le métavers de Decentraland.

Les visiteurs et clients y achètent et vendent des NFT liés à la marque et vivent, à travers leur avatar, une expérience immersive. Le magasin jumeau numérique Samsung 837X offre trois mondes, chacun se connectant de manière thématique et expérientielle aux principales initiatives de Samsung et aux piliers de la marque que sont la durabilité, la personnalisation et la connectivité.

Au sein de chaque expérience, les avatars des clients collectent des dispositifs portables NFT et d’autres actifs numériques, ou bien, simplement, jouent et s’amusent.

 

JP Morgan lance la première agence bancaire dans le métavers

 

La banque américaine JP Morgan vient d’ouvrir un salon virtuel dans la plateforme Decentraland.

Pour le moment, vous pouvez utiliser ce salon pour effectuer vos opérations bancaires dans le métavers, acheter des parcelles de terrain virtuelles avec des jetons non fongibles (le prix des parcelles a doublé en l’espace de six mois passant de 6,000$ en moyenne en juin à 12,000$ en décembre 2021 pour les quatre principaux métavers blockchain, Decentraland, The Sandbox, Somnium Space et Cryptovoxels), et effectuer d’autres achats en utilisant la crypto-monnaie.

L’expérience client reste pour le moment assez limitée dans le salon Onyx Lounge (du nom de la filiale spécialisée en crypto-monnaies de JP Morgan) : vous êtes accueilli par un tigre et un avatar du PDG de JP Morgan, Jamie Dimon.

Mais la banque a dévoilé la première agence sur le métavers en même temps qu’un long rapport qui présente les types d’opportunités commerciales que les entreprises peuvent trouver dans le métavers.

 

 

 

 

 


En découvrir plus :

 

Suivez des innovations de l’expérience client dans les transports et la mobilité, mais aussi dans de nombreux autres secteurs et dans le monde entier dans notre espace dédié Tendances CX. 

Et pour n’en manquer aucune et recevoir les dernières innovations en avant tout le monde, prenez quelques secondes pour vous abonner à notre newsletter Tendances CX.

 

Bannière d'inscription à notre newsletter Tendances CX