Un sondage réalisé dans le cadre de POP2017, la plateforme des opinions publiques

À deux jours du premier débat télévisé au cours duquel Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon, Emmanuel Macron, François Fillon et Marine Le Pen se feront face, BVA et Salesforce, en partenariat avec la Presse Régionale et Orange, publient leur 13ème sondage d’intentions de vote à l’élection présidentielle. Comment le rapport de force électoral a-t-il évolué en une semaine ?

Des électeurs, notamment à gauche, toujours très perplexes

  • Les Français se montrent plus hésitants que jamais, à cette échéance du scrutin.
  • 71% des Français se déclarent intéressés par l’élection présidentielle, un score en baisse de 1 point depuis une semaine et de 7 points depuis le début de l’affaire Fillon.
  • Parallèlement, l’intention de participation demeure faible (73%, -1 point par rapport à la semaine dernière et -3 points depuis janvier). Elément intéressant et explicatif en partie de l’évolution des intentions de vote : l’intention d’aller voter décline chez les sympathisants de la gauche (78%, -5 points en une semaine) tandis qu’elle progresse au contraire chez les sympathisants de la droite (85%, +3 points).
  • Enfin, notre indice de volatilité progresse. 45% du corps électoral prévoyant de voter au 1er tour de la présidentielle n’exprime actuellement pas d’intention de vote ou peut encore changer d’avis (+4 points).

Marine Le Pen fait la course en tête et devance d’un cheveu Emmanuel Macron

  • Marine Le Pen est toujours créditée de 26% des intentions de vote et confirme ainsi son statut de favorite pour le premier tour.
  • Emmanuel Macron rassemblerait 25% des suffrages au premier tour, en baisse d’1 point en une semaine. Après avoir engrangé de nombreuses voix d’électeurs socialistes et être devenu majoritaire au sein de cet électorat, il se stabilise au même niveau que la semaine dernière (52% d’intentions de vote chez les sympathisants PS).
  • Notons que son socle électoral demeure fragile et semble même s’éroder un peu par rapport à la semaine dernière : parmi ses électeurs potentiels, 54% se déclarent sûrs de leur choix, soit 2 points de moins. Près d’un de ses électeurs sur deux peut donc encore changer d’avis et choisir un autre candidat.

François Fillon résiste plutôt bien malgré sa mise en examen

  • Quelques jours après sa mise en examen, François Fillon résiste plutôt bien puisqu’il est crédité de 19,5% des intentions de vote, un score à peine en baisse par rapport à notre précédente mesure (-0,5 point).
  • Il reste de loin le candidat favori des seniors (avec 39% des voix), qui se mobilisent habituellement davantage que la moyenne des Français.
  • Son socle électoral ne semble pas vraiment s’éroder suite à cette séquence : 70% de ses électeurs se déclarent sûrs de leur choix, un taux de fermeté du choix élevé, le 2ème après celui enregistré par Marine Le Pen.

L’écart se resserre entre Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon

  • Benoît Hamon est celui qui pâtit le plus du désarroi des électeurs de gauche. Ainsi, il perd un point par rapport à notre précédente mesure et est désormais crédité de 12,5% des intentions de vote. Il perd encore un peu de terrain chez les électeurs socialistes (36% seulement déclarent avoir l’intention de voter pour lui, -3 points).
  • Il fait désormais quasiment jeu égal avec Jean-Luc Mélenchon, crédité de 12% des intentions de vote (+0,5 point). Ce dernier bénéficie toujours d’un socle électoral plutôt solide, 58% de ses électeurs potentiels étant sûrs de leur choix : un taux de sûreté de choix bien supérieur à celui de Benoît Hamon (44%, le plus faible des principaux candidats).

Tous les résultats sur POP2017.fr