Lancé en 2014, le baromètre Audencia – Banques Populaires, la Fédération Nationale des Banques Populaires (FNBP), la Bred, la Banque Populaires Rives de Paris (BPRI) et la Banque Populaire Atlantique (BPA) – porte sur « la vulnérabilité financière des Français ». Il cherche à mesurer la situation des Français en matière économique, à appréhender leurs comportements et leurs attitudes face à l’argent et la dépense et évaluer leurs connaissances financières de base.

Voici les principaux résultats de ce baromètre 2015, réalisé du 28 avril au 6 mai 2015 par Internet auprès d’un échantillon représentatif de 1001 Français âgés de 18 ans et plus :

En cas de perte de leur principale source de revenus, près de 2 Français sur 10 ne pourraient pas couvrir leur dépenses pendant plus d’un mois…

  • 18% des Français ne pourraient pas couvrir leurs dépenses de la vie courante plus d’un mois, sans emprunter ou rendre leur logement : dans le détail, 7% ne tiendraient qu’une semaine, 11% entre une semaine et moins d’un mois.
  • Ce taux atteint près de 3 jeunes sur 10 (moins de 35 ans : 28%) et un tiers des ménages ayant des revenus inférieurs à 2000€ mensuels.
  • Par ailleurs, 21% des Français estiment avoir les ressources nécessaires pour couvrir leurs dépenses entre 1 et 3 mois et 45% plus de 3 mois.

…moins de la moitié des Français ayant pu réaliser des économies sur leurs revenus au cours des 12 derniers mois (44%).

  • 29% ont uniquement pu faire face à leurs dépenses courantes et 2 Français sur 10 ont dû mobiliser en partie leur épargne (18%) voire emprunter (5%) pour faire face à leurs dépenses
  • In fine, 6 Français sur 10 déclarent qu’il leur arrive d’être inquiet quand ils pensent à leur situation financière.

Dans ce contexte, les Français cherchent avant tout à économiser en cas de « coup dur »

  • Si 43% des Français estiment que l’argent est fait pour être dépensé, seuls 20% déclarent avoir tendance à vivre au jour le jour sans se préoccuper du lendemain. 59% ne sont pas d’accord avec cette affirmation, dont plus d’un quart « pas du tout d’accord ».
  • Aussi, les personnes ayant au moins un placement financier (PEL, assurance vie, livret d’épargne…) l’utilisent avant tout comme « sécurité » : 58% l’utilisent pour mettre de l’argent de côté en cas de « coup dur ». Une minorité seulement a un objectif précis, notamment de constitution de patrimoine (13%) ou de préparation de leur retraite (10%).

Des connaissances en matière de finances peu solides et une aversion au risque prononcée

  • À une question simple portant sur le montant d’une épargne avec intérêt (« Imaginons que vous avez 100 euros (sans frais) sur un compte épargne rémunéré 2 % par an. Si vous ne faites aucun versement ni retrait d’argent, combien aurez-vous au bout d’un an, une fois les intérêts versés ?), moins des ¾ des Français sont capables de répondre correctement (73%). Ce taux se réduit à 55% lorsqu’il s’agit d’évaluer le montant à disposition au bout de 5 ans.
  • Des Français peu à l’aise avec des principes de base en matière financière, mais ils sont également peu enclins à prendre des risques avec leur épargne : 57% ne sont pas prêts à prendre des risques avec leur épargne ou en réalisant un investissement (seuls 20% sont d’accord avec cette affirmation, 23% ni d’accord, ni pas d’accord).

Contacts Audencia :
Andrew Taylor (Responsable de l’information) : ataylor@audencia.com – 02.40.37.45.30
Nils Poussielgues (Chargé d’études) : npoussielgues@audencia.com – 02.40. 37.34.37

Contacts BVA Opinion :
Adélaïde Zulfikarpasic (Directrice) : adelaide.zulfikarpasic@bva.fr – 01.71.16.90.96
Guillaume Inigo (Chargé d’études) : guillaume.inigo@bva.fr – 01.71.16.90.91

Partenaires

Sondage réalisé pour :

  • Audencia

Contact