Depuis 2004, la DREES* demande à BVA de réaliser le Baromètre d’opinion, qui est un outil de référence pour analyser l’évolution de l’opinion des Français sur leur santé, sur la protection sociale (assurance maladie, retraite, famille, handicap-dépendance, pauvreté-exclusion) ainsi que sur les inégalités sociales et la cohésion sociale. L’enquête existe depuis 2000. Les données de la vague 2017 ont été collectées en face-à-face en octobre et novembre 2017, auprès d’un échantillon de 3009 personnes, représentatif de la population âgée de 18 ans ou plus résidant en France métropolitaine (méthode des quotas). Pour faciliter la lecture, le terme « Français » désigne ici les personnes âgées de 18 ans ou plus vivant en France métropolitaine, qu’elles soient de nationalité française ou non.

*La DREES est la Direction de la Recherche, des Études, de l’Évaluation et des Statistiques du Ministère des Solidarités et de la Santé.

 

Les inégalités d’accès aux soins, inégalités les moins acceptables selon les Français

  • Si les Français considèrent que les inégalités les plus répandues aujourd’hui sont relatives aux revenus (citées par 38 % d’entre eux), ce sont les inégalités d’accès aux soins qui sont considérées comme les moins acceptables (28 %) ;
  • Ces inégalités d’accès aux soins paraissent d’ailleurs de moins en moins acceptables : elles sont davantage citées depuis 2014 (+6 points) et devancent notamment les inégalités liées à l’origine ethnique (24 %), de revenus (14 %) ou encore de logement (11 %).

 

Une impression de plus en plus forte d’un manque de médecin à proximité du domicile

  • La moitié des Français considèrent qu’il n’y a pas assez de médecins spécialistes à proximité de chez eux (53 %). Cette proportion a progressé de 6 points depuis 2015 ;
  • Plus d’un tiers des Français considèrent également qu’il n’y a pas assez de médecins généralistes près de chez eux, un sentiment en progression de 8 points en 2 ans. Néanmoins, cette appréciation varie fortement au sein de la population :
    • 26 % des 18-24 ans partagent cette impression contre 41 % des 65 ans et plus ;
    • La moitié des Français résidant dans les communes rurales soulignent un manque de généralistes à proximité de leur lieu d’habitation contre un quart des Français résidant dans les grandes agglomérations (100 000 habitants et plus).

 

Retrouvez le communiqué de presse de la DREES en cliquant ici et l’ensemble des données de l’étude en vous rendant sur la page dédiée.