L’Observatoire des métiers de l’expertise comptable, du commissariat aux comptes et de l’audit (OMECA) a confié à BVA et son partenaire Olecio la nouvelle édition de son baromètre sectoriel sur l’activité, l’emploi et la formation.

 

Aux côtés des entreprises durant la crise sanitaire, près d’un cabinet sur deux a vu son activité augmenter en 2020

Dans un contexte de crise Covid où les entreprises ont fortement sollicité leur cabinet d’expertise comptable, près d’un cabinet sur deux (47%) indique que son activité globale a augmenté en 2020. Elle est restée stable pour 40% d’entre eux et a diminué seulement pour 9% de ces derniers.

Parmi les activités exercées au sein des cabinets, c’est surtout la gestion sociale (paie…) qui a connu une augmentation l’année dernière (64% des cabinets interrogés), devant les activités juridiques (44%). Une hausse à mettre en relation avec les mesures d’accompagnement des entreprises durant la crise et notamment celles liées à l’activité partielle qui ont intensifié le travail des équipes sociales des cabinets d’expertise comptable.

En 2020, près des 2/3 des cabinets (64%) ont procédé à des recrutements

Les recrutements restent concentrés sur les métiers de l’expertise comptable (86% des cabinets ayant procédé à des embauches), loin devant les métiers juridiques et les fonctions support (17% respectivement), les métiers de l’audit financier (14%) et du conseil (11%). Sur la filière de l’expertise comptable, les recrutements montrent une forte tendance à la spécialisation, avec 91% des cabinets ayant recruté sur un tel profil spécialisé.

Enfin, deux tiers des cabinets qui ont recruté en 2020 (66%) ont été confrontés à des difficultés dans le cadre de ces embauches. C’est particulièrement le cas dans le domaine de la gestion financière (71%), de la déclaration d’impôt et du conseil fiscal et patrimonial, ou encore des activités juridiques (69% respectivement). A l’inverse, un tiers affirme ne pas en avoir rencontré (33% et même 43% du point de vue des fonctions RH), un résultat plutôt satisfaisant, compte tenu du niveau de tension actuel sur les métiers de l’expertise comptable.

En 2021, près de 4 cabinets sur 10 prévoient une hausse d’activité et près de 3 sur 10 une augmentation de leur effectif

Au sein de la Branche professionnelle, 38% des cabinets estiment que leur activité globale (chiffre d’affaires) va augmenter en 2021. La moitié (50%) prévoit une stabilité et moins d’un sur dix une diminution de l’activité (9%).

Concernant l’emploi en 2021, les perspectives sont positives avec près de sept cabinets sur dix (69%) prévoyant une stabilité de leur effectif et trois sur dix (30%) une augmentation (seul 1% des cabinets envisage une diminution !).

En termes de perspectives de recrutement dans la Branche, les avis sont plus partagés. Une courte majorité de cabinets envisage de recruter en 2021 (53%). Tandis qu’un peu moins d’un cabinet sur deux (47%) ne prévoit pas de réaliser des recrutements.

Focus sur la formation professionnelle et l’alternance

Parmi les cabinets interrogés, la majorité déclare avoir consacré en 2020 au plus 2% de la masse salariale à la formation professionnelle. 2 cabinets sur 10 ont été au-delà, avec 2 à 5% de la masse salariale consacrée à la formation des collaborateurs et plus d’1 sur dix (14%) a même dédié plus de 5% de sa masse salariale à ces formations.

Depuis la réforme de la formation professionnelle tout au long de la vie, les actions de formation professionnelle sont financées, selon la taille des cabinets, par l’OPCO ATLAS et/ou par les entreprises elles-mêmes. En 2020, les actions de formation financées (hors alternance) par l’OPCO ATLAS ont principalement porté sur la gestion financière (50%), devant le droit fiscal (11%), les ressources humaines, le droit ou l’informatique (respectivement à 6%).

De nouveaux métiers et besoins en compétences attendus pour répondre à l’automatisation, la digitalisation et l’évolution de l’activité vers le conseil

En matière de Gestion Prévisionnelle de l’Emploi et des Compétences (GPEC) dans le secteur, les cabinets estiment que ce sont avant tout les changements liés à l’automatisation et la digitalisation (83% des cabinets) qui auront un impact sur les métiers et besoins en compétences dans les prochaines années, devant l’évolution de l’activité vers le conseil (56% des cabinets).

Les résultats du baromètre sont issus d’une méthodologie d’étude déployée par BVA et son partenaire Olecio, associant :

  • une analyse de données Emploi-Formation (Dares, INSEE, ACOSS, ATLAS…) sur le secteur d’activités de la branche (IDCC : 00787 / NAF 732 : 6920Z – Activités comptables) ;
  • une enquête auprès d’un échantillon représentatif de 301 entreprises de la branche de l’expertise comptable, du commissariat aux comptes et de l’audit, réalisée par téléphone du 16 au 30 juin 2021.

 

En savoir plus : www.metierscomptabilite.fr et www.jecompte.fr