Cette nouvelle vague confirme, et amplifie même, les résultats observés hier : les Français ont de plus en plus le sentiment que la situation s’améliore et que le pic de la crise est passé.

Seul un Français sur deux pense désormais que « le pire est devant nous » (51%) : cette proportion n’a jamais été aussi faible et elle diminue considérablement au fil des jours (-5 points depuis hier, -30 points depuis le 23 mars).

Si cette diminution se fait au profit, surtout, du sentiment que la situation « se stabilise » (30%; +2), la proportion de personnes pensant que le pire « est derrière nous » n’a jamais été aussi élevée (12%; +3 points depuis hier).

Corollaire de ce regain d’optimisme, le moral des Français n’a jamais été aussi bon : 54% donnent une note supérieure ou égale à 7/10 pour le qualifier (+3 points depuis hier), soit une moyenne de 6,4 (meilleur score).

L’ambiance au sein du foyer est encore meilleure qu’à l’accoutumé (79%; +3 depuis hier, meilleur score).

Les indicateurs de confiance personnelle progressent, notamment pour les salariés et indépendants qui sont davantage rassurés sur la capacité de leur entreprise à faire face à la crise (62%; +2, meilleur score).

Cette amélioration sur le plan personnel ne s’accompagne en revanche pas d’une amélioration des indicateurs « macro » concernant la situation du pays ou la gestion de la situation par les pouvoirs publics :

Les Français restent dubitatifs sur la qualité des informations qu’ils reçoivent à propos de la crise : seuls 39% affichent leur confiance sur le sujet, qu’il s’agisse des médias (-3 points) ou des pouvoirs publics (-2 points).

Seuls 36% font confiance au gouvernement pour gérer la situation (-1).

L’inquiétude reste massive à propos de la situation économique de la France (84%, dont 45% qui sont très inquiets).