BAROMÈTRE QUOTIDIEN DE SUIVI DE LA CRISE DU COVID 19
COMMENT LES FRANÇAIS VIVENT-ILS LA PÉRIODE ACTUELLE ?

 

Vague 34 – 21 avril 2020

Cette vague se caractérise par la stabilité de la plupart des indicateurs. Elle reflète sans doute « l’attentisme » qui prévaut aujourd’hui chez de nombreux Français dans un contexte de préparation du déconfinement dont les contours demeurent imprécis.

Ainsi, la perception de la crise n’a guère évolué au cours des derniers jours. Une majorité relative de Français continue de penser que « le pire est devant nous » (41%, + 1 point depuis hier) même si cet indicateur s’est effondré en un mois (on le mesure aujourd’hui 40 points plus bas que son niveau le plus élevé, le 23 mars). La proportion d’individus qui pensent que les choses vont rester stables revient à 35%, après un « pic » à 38% hier. Enfin, la proportion de Français qui estiment que « le pire est derrière nous » demeure très minoritaire et progresse très lentement (15%, +1 point depuis la veille).

Le moral des Français se stabilise également, avec une note moyenne de 6,4/10 comme les jours précédents.

Dans ce contexte d’expectative, les Français ont-ils totalement pris leurs marques dans l’organisation de leur vie quotidienne ? Si la confiance en ce qui concerne l’ambiance entre les membres de son foyer reste très élevée et n’a pas faibli au fil du temps (78%), il demeure parfois compliqué de faire ses courses. Ainsi, un Français sur deux (50%) estime que c’est difficile, dont 1 sur 10 même « très difficile ».

La seule évolution notable de cette vague concerne l’organisation du travail pour les télétravailleurs et notamment la gestion des enfants : 64% des salariés en télétravail estiment qu’il est facile de travailler de chez eux (-4 points depuis hier, -7 points depuis dimanche). Mais surtout, parmi eux, 64% des parents estiment qu’il est facile de s’occuper de leurs enfants, c’est 10 points de moins qu’hier et 17 points de moins que ce week-end.

Un résultat qui s’explique en grande partie par la fin des vacances scolaires de la zone C et notamment des Parisiens qui concentrent une grande partie des télétravailleurs. L’effet est manifeste : l’indicateur a perdu 10 points en 24 heures chez les Franciliens. La preuve que concilier école à domicile, gestion logistique et télétravail est loin d’être devenu aisé.