BAROMÈTRE QUOTIDIEN DE SUIVI DE LA CRISE DU COVID 19
COMMENT LES FRANÇAIS VIVENT-ILS LA PÉRIODE ACTUELLE ?

 

Vagues 51 à 54 – 11 mai 2020

 

Alors que les Français vivent leur premier jour de déconfinement, comment se sont-ils projetés ce week-end à l’approche de cette perspective ? Un mot peut résumer leur état d’esprit : l’ambivalence, entre satisfaction de pouvoir retrouver certaines habitudes et inquiétude sur la situation sanitaire.

Les Français souhaitent avant tout, dès aujourd’hui ou dans les jours à venir, voir leur proches (73%) et aller se promener dans la rue (68%). L’envie de consommer est présente, mais de manière moins forte : 44% ont l’intention d’aller dans un magasin fermé jusqu’à présent, 42% d’aller chez le coiffeur et 40% faire le marché. En revanche, ils ne sont qu’une minorité à envisager à très court terme d’aller chez des amis (31%) ou d’en recevoir chez eux (36%).

Car au-delà de la joie de retrouver ses proches, l’inquiétude domine largement chez les Français : la moitié d’entre eux ont choisi ce qualificatif pour qualifier leur état d’esprit à l’approche du 11 mai (51%), notamment les femmes (57%) ainsi que les employés et ouvriers (55%). Une inquiétude nourrie entre autre par une crainte très élevée à l’égard de la maladie : 76% ont peur d’attraper le coronavirus ou qu’un membre de leur famille l’attrape, dont 30% qui le redoutent fortement. La crainte d’être touché par le COVID-19 est ainsi aussi forte qu’au début du confinement (76% exprimaient cette peur le 20 mars). Conséquence logique de cet état d’esprit, les trois quarts des Français anticipent une nouvelle période de confinement (75%).

Quand les Français ne sont pas inquiets, ils sont perplexes (31% de citations, deuxième sentiment le plus cité). Du reste, ils sont toujours aussi peu nombreux à considérer que le pire est derrière eux (18%; +1), tandis que 32% pensent que les choses vont rester stables (-1) et 38% estiment toujours que le pire est devant nous (stable) : le déconfinement est donc loin de signifier la fin de la crise pour les Français.

Notons toute de même un léger mieux dans leur moral, qui atteint pour la première fois la note moyenne de 6,5/10 : c’est toujours modéré, mais ce score n’a jamais été aussi élevé depuis la mi-mars. De même, leur perception de la gestion de crise par le gouvernement est toujours critique mais les jugements positifs remontent (34%; +6 depuis le creux de fin de semaine dernière).