BAROMÈTRE QUOTIDIEN DE SUIVI DE LA CRISE DU COVID 19
COMMENT LES FRANÇAIS VIVENT-ILS LA PÉRIODE ACTUELLE ?

 

Vague 35 – 22 avril 2020

La perspective du déconfinement paraît un peu plus réelle aux Français, qui anticipent davantage que l’échéance du 11 mai sera tenue. Mais de nombreuses incertitudes demeurent sur les modalités du déconfinement, ce qui génère un regain d’inquiétude chez les Français.

La proportion de personnes pensant que le déconfinement sera repoussé au-delà du 11 mai diminue un peu depuis vendredi dernier (22%; -2 points), signe que les Français intègrent de plus en plus l’idée que cette date sera tenue. Ils anticipent toujours un déconfinement lent sur au moins deux mois (55%; stable) même si on observe une très légère hausse des personnes escomptant un déconfinement rapide (16%; +3).

Pour autant, les Français se montrent toujours partagés sur les modalités du déconfinement : seuls 9% (-3) souhaitent un déconfinement immédiat généralisé à tous et 22% un déconfinement rapide (+2) ; 38% (stable) préfèreraient un déconfinement plus lent et 25% souhaitent même toujours que l’on repousse ce dernier au-delà du 11 mai (+1).

Il faut dire que les incertitudes sont encore importantes et que de nombreuses personnes restent dans l’expectative :

  • Les télétravailleurs, suite aux annonces d’Edouard Philippe invitant les entreprises qui le peuvent à maintenir leur salariés en télétravail, sont beaucoup moins nombreux que vendredi à penser qu’ils retourneront sur leur lieu de travail (44%; -11).
  • Les parents restent dubitatifs sur le retour à l’école de leurs enfants le 11 mai : seuls 33% le pensent (+2), l’annonce d’un échelonnement sur trois semaines de la reprise de l’école contribuant sans doute à ce sentiment.
  • Les Français sont plus nombreux à estimer que les commerces non essentiels rouvriront (58%; +8) et que l’on pourra se déplacer normalement (32%; +8), mais dans des proportions qui demeurent limitées (respectivement 40% et 66% de la population pensent que ce ne sera pas le cas). Le doute est encore très fort également sur la question des masques (seuls 26% pensent que tout le monde pourra en disposer, -2).

Une incertitude qui génère un regain d’inquiétude chez les Français : le sentiment que « le pire est devant nous » repart à la hausse (44%; +3) et la plupart des indicateurs de confiance se détériorent. La confiance dans la gestion de la crise par le gouvernement retrouve ainsi son plus bas niveau (33%).