Le Groupe Rocher et BVA dévoilent aujourd’hui les résultats du premier Baromètre Groupe Rocher Reconnect People to Nature © mené auprès de 19 000 citoyens dans 19 pays. Cette étude vise à évaluer le degré de connexion des citoyens à la nature et à l’environnement. C’est une première mondiale. Il permet également de montrer le lien étroit qui existe entre la connexion et la nature et le bien-être des individus.

La création d’un score de connexion à la nature

Ce baromètre crée un score de connexion à la nature, calculé à partir de trois dimensions : cognitive (connaissance de la nature), comportementale (intensité de contact) et émotionnelle (attachement).

  • Le score de connexion à la nature est de 7.2/10 sur l’ensemble des 19 pays étudiés mais de 7/10 en France.
  • Les pays dont les citoyens sont les plus connectés à la nature sont l’Inde (8), le Mexique (7,8) et le Brésil (7,7) alors que les pays les moins connectés sont la Corée du Sud (6,4) et surtout le Japon (5,3).
  • Un fossé générationnel et socioéconomique apparait clairement. Les 16-24 ans sont moins connectés à la nature (6.9) que les séniors ; les chômeurs et inactifs (6.9) le sont moins que les CSP+.

 

Un lien très fort entre la connexion à la nature et le bien être

Cette étude permet aussi de démontrer un lien très fort entre le niveau de connexion à la nature et le niveau de bonheur et de confiance, quel que soit le pays : plus les citoyens ont un score de connexion à la nature important, plus leur niveau de bonheur et de confiance en l’avenir sont élevés. De la même manière, le sentiment de parvenir à faire face au quotidien est lui aussi indexé sur le degré de connexion à la nature.

 

Un besoin de proximité à la nature insatiable

Le besoin de nature est insatisfait : 85% des répondants à l’échelle mondiale ressentent le besoin d’être en contact plus régulier avec la nature, y compris dans les pays où les citoyens sont déjà fortement connectés à la nature.

Les principaux freins évoqués pour expliquer ce temps insuffisant passé dans la nature sont le manque de temps (57%) et l’éloignement de la nature par rapport au lieu de vie (20%).

 

La transmission, clef pour reconnecter l’Homme et la nature

La transmission est un autre facteur majeur expliquant les différents niveaux de connexion à la nature : plus les citoyens ont reçu le goût de la nature en héritage, plus ils se sentent connectés à la nature.

L’envie de transmission est aujourd’hui bien présente : 86% des répondants déclarent veiller à transmettre aux enfants et à leur entourage leur goût et leur connaissance de la nature.