BAROMÈTRE DE SUIVI DE LA CRISE DU COVID 19
COMMENT LES FRANÇAIS VIVENT-ILS LA PÉRIODE ACTUELLE ?

 

Vague 67 – 2 juillet 2020

Le directeur général de l’OMS a annoncé hier deux chiffres qui montrent combien, à l’échelle mondiale, la pandémie est loin d’être endiguée : plus de 160 000 nouveaux cas quotidiens ont été enregistrés depuis une semaine dans le monde et 60 % de tous les cas de Covid-19 recensés jusqu’à présent ont été signalés au cours du mois dernier. Notre baromètre témoigne d’une conscience aigue de la situation chez les Français, doublée d’inquiétudes majeures sur le plan économique.

Les détériorations d’indicateurs enregistrées au cours des 15 derniers jours se confirment : 

  • La proportion de Français qui estiment que dans cette crise « le pire est derrière nous » poursuit sa baisse (17%, -3 pts en une semaine, -15 pts en 3 semaines) et retrouve un niveau proche de celui mesuré le 11 mai. Le statut-quo reprend le dessus : 37% des Français pensent que « la situation va rester stable » (+3 pts) tandis qu’un tiers estime que « le pire est devant nous » (33%, -2 pts). Le croisement des courbes attendu n’aura finalement pas eu lieu. Espérons qu’il se produise dans un futur proche.
  • Cette évolution repose en grande partie sur l’anticipation d’une 2ème vague : comme la semaine dernière, les trois quarts des Français (74%) pensent que, dans les prochains mois, la France fera face à une 2ème vague d’épidémie qui conduira à un nouveau confinement. Cet indicateur est proche de son plus haut niveau.
  • Parallèlement, la peur d’attraper le coronavirus s’est stabilisée à un niveau assez élevé. Elle concerne toujours les deux tiers des Français (66%) alors que les chiffres relatifs à l’évolution de l’épidémie en France sont pourtant bons.
  • Conséquence : la proportion de Français qui estiment que nous reviendrons à une vie normale seulement en 2021 poursuit sa progression et atteint son score le plus élevé (42%, soit + 6 points en une semaine). Elle égale désormais la proportion d’individus qui pensent que la vie reprendra son cours d’ici la fin de l’année. Les Français semblent assez résignés : 5% seulement pensent que le retour à la vie normale se fera dès cet été.
  • Dans ce contexte, le moral des Français accuse une très légère baisse. La note moyenne pour refléter son état d’esprit s’établit à 6,7/10 contre 6,8 la semaine dernière.

Au-delà des facteurs strictement sanitaires, qui expliquent en partie le sentiment décroissant que « le pire est derrière nous », l’inquiétude des Français se nourrit de fortes préoccupations sur le plan économique et social.

Les résultats de notre baromètre témoignent de craintes massives et persistantes :

  • Au niveau macro-économique, 8 Français sur 10 se déclarent toujours inquiets en ce qui concerne la situation économique de la France (80%, +2 pts), dont 41% « très inquiets ».
  • Près des trois-quarts des Français (73%, +1 pt) anticipent toujours une crise économique durable, dont les effets se feront ressentir au-delà de 2020. La proportion de Français qui pensent que les effets de la crise perdureront uniquement sur 2020 est passée de 25% début avril à 18% aujourd’hui (-7 pts).
  • Deux sujets suscitent une inquiétude particulièrement vive :
    • 85% des Français (stable depuis 15 jours) se déclarent inquiets en ce qui concerne le niveau du chômage dont 42% « très inquiets », alors qu’Airbus vient d’annoncer la suppression de 5000 postes en France. 1/3 des salariés du privé et des indépendants n’est d’ailleurs « pas confiant » s’agissant de la capacité de son entreprise à faire face à la crise (32%).
    • Une proportion identique (85%, +1 pt) se déclare inquiète en ce qui concerne la situation économique des artisans, commerçants et des petites entreprises.
  • Le niveau de l’endettement de la France (83%, +2 pts) et le niveau de la croissance économique (81%, stable) inquiètent toujours plus de 8 Français sur 10.
  • Enfin, 79% des personnes interrogées se déclarent inquiètes en ce qui concerne le pouvoir d’achat des Français, un résultat stable. Cette inquiétude est plus marquée chez les 65 ans et plus (86%) et les inactifs (84%).

L’inquiétude reste présente au niveau individuel bien que dans une moindre mesure : à peine plus de la moitié des Français se déclarent confiants en ce qui concerne la situation financière de leur foyer dans les semaines qui viennent (57%, -1 pt).