BAROMÈTRE DE SUIVI DE LA CRISE DU COVID 19
COMMENT LES FRANÇAIS VIVENT-ILS LA PÉRIODE ACTUELLE ?

 

Vague 64 – 11 juin 2020

Emmanuel Macron s’adressera aux Français dimanche à 20 heures. Cette allocution intervient avant la phase du 3 du déconfinement qui démarrera le 22 juin. Le Président devrait notamment faire un retour sur la gestion de la crise et pourrait évoquer le plan de relance économique qui doit être lancé à la rentrée. Quel est l’état d’esprit des Français à quelques jours de cette échéance ?

L’optimisme et la confiance quant à la situation sanitaire reviennent progressivement : 

  • La proportion de Français qui estiment que dans cette crise « le pire est derrière nous » poursuit sa progression et atteint son meilleur niveau depuis la mise en place de notre baromètre (32%, +4 pts en une semaine). Elle est désormais quasiment semblable à la proportion d’individus qui pensent que la situation va rester stable (33%, -3 pts). La part de sondés qui pensent que « le pire est devant nous » (26%, +1) est désormais la plus faible.
  • La peur d’attraper le coronavirus continue de refluer même si elle concerne toujours les 2/3 des Français (67%, -4 pts en une semaine). Cette crainte majoritaire explique sans doute le maintien d’une certaine vigilance : 1 Français sur 2 (51%, +1 pt), comme la semaine dernière, déclare toujours appliquer « tout à fait » strictement les recommandations sanitaires qui accompagnent le déconfinement (gestes barrières, port du masque dans certaines circonstances, etc.).
  • Désormais, à peine plus d’1 Français sur 2 anticipent une 2ème vague d’épidémie qui conduira à un nouveau confinement (54%, soit -2 pts depuis la semaine dernière). Cet indicateur poursuit sa baisse.
  • Dans ce contexte, le moral des Français se stabilise après avoir atteint son plus haut niveau depuis le début de la crise (6,7/10 cette semaine versus 6,8/10 la semaine dernière pour refléter son état d’esprit).

Pour autant et alors que les chiffres relatifs à l’évolution de l’épidémie sont toujours encourageants, la confiance à l’égard du gouvernement dans la gestion de la crise se détériore à nouveau (35%, -4 pts en une semaine) après avoir progressé nettement dans notre dernière vague la semaine dernière. Cette baisse est particulièrement marquée chez les sympathisants de la droite (31%, -8 pts).

Dans ce contexte, au-delà de la sortie de la crise sanitaire, la capacité du gouvernement à accompagner la relance de l’économie tout en limitant la casse sociale sera un enjeu déterminant des prochains mois :

  • 8 Français sur 10 ne sont pas confiants en ce qui concerne la situation économique de la France (80%).
  • Si l’inquiétude est moins vive au niveau individuel, près d’un tiers des salariés du secteur privé et des indépendants (31%) ne sont toutefois pas confiants en ce qui concerne la capacité de leur entreprise à faire face à la crise, un résultat qui monte à 43% chez les ouvriers.
  • Enfin, 40% des Français sont inquiets s’agissant de l’avenir de la situation financière de leur foyer, notamment les indépendants (51%), les employés (46%) et les ouvriers (54%).

Alors que de plus en plus de voix s’élèvent pour demander un accueil plus large des élèves dans les établissements scolaires et que l’Association des maires de France (AMF) a demandé hier « des clarifications urgentes » au gouvernement sur les modalités de réouverture des écoles, les Français semblent étonnamment plus frileux sur le sujet :

  • A peine un tiers des personnes interrogées (31%) estiment qu’il faut assouplir le protocole d’accueil des élèves dans les établissements scolaires (accueil par petits groupes, circulation des élèves, etc.) afin de permettre à tous les élèves de revenir dès le mois de juin. Ce résultat est plus faible encore chez les parents (28%). Il est à l’inverse un peu plus marqué chez les salariés du secteur privé (34%) que chez les salariés du public (24%) alors que les entreprises sont de plus en plus nombreuses à demander le retour de leurs collaborateurs sur site.
  • Une majorité de Français (53%) et de parents (56%) pensent qu’il est préférable d’attendre la rentrée de septembre pour assouplir le protocole et accueillir l’ensemble des élèves. 16% des sondés sont quant à eux favorables au maintien du protocole à la rentrée.

Notons qu’un peu plus d’une semaine après le lancement de l’application Stop-Covid, notre sondage confirme les résultats décevants de l’application. Les 2/3 des Français n’ont pas l’intention de la télécharger (66%).