Principaux enseignements de la vague de mai des « Questions de l’économie » BVA-La Tribune, réalisée du 3 au 4 mai 2017 (démarrage de l’interrogation à 18h30 le 3 mai, avant le débat de l’entre-deux tours).

Pour 6 Français sur 10, Emmanuel Macron est le candidat qui fait les meilleures propositions économiques

  • 57% des Français considèrent qu’Emmanuel Macron fait les meilleures propositions économiques contre 33% pour Marine Le Pen (10% ne se sont pas prononcés).
  • Le sentiment qu’il fait les meilleures propositions économiques se retrouve aussi bien chez les sympathisants de la gauche (68%) que chez ceux de la droite (68%). On note un soutien également plus élevé des 65 ans et plus (71%), des cadres (68%) et des habitants de l’Île-de-France (67%).

Des Français plus réservés sur la pertinence du programme économique d’Emmanuel Macron : seuls 41% estiment que ce programme permettrait d’améliorer la situation économique nationale, ils étaient 54% en mars

  • En retrait, 33% des Français jugent que le programme économique de Marine Le Pen permettrait d’améliorer la situation économique nationale.
  • Ce niveau est un cran en dessous de la confiance économique accordée à Emmanuel Macron mais il faut souligner que la crédibilité du programme de Marine Le Pen progresse légèrement (+8 points en comparaison à février).

Une certaine hostilité à la réforme du droit du Travail souhaitée par Emmanuel Macron : 49% y sont opposés, 38% y sont favorables, 13% ne se prononcent pas

  • Seuls 4 Français sur 10 (38%) se déclarent favorables à la réforme du droit du travail souhaitée par Emmanuel Macron. A l’inverse, 49% s’y disent opposés alors que 12% ne connaissent pas assez ce projet pour se prononcer et 1% ne se prononcent pas.
  • On retrouve une polarisation des opinions proche de celle observée à l’égard de la loi El-Khomri : 75% des sympathisants de la gauche hors PS et 90% des sympathisants FN y sont opposés alors que 49% des sympathisants du Parti socialiste et 60% des sympathisants de la droite y sont favorables.

70% des Français opposés à ce que la réforme du droit du Travail soit mise en œuvre par ordonnances

  • Au-delà du contenu de la réforme, son mode d’adoption envisagé est aussi accueilli de façon critique : 70% des Français se déclarent opposés à ce que cette réforme soit mise en œuvre via le recours aux ordonnances.
  • Cette défiance de l’opinion trouve probablement sa source dans la contestation passée du recours à l’article 49.3 pour l’adoption de la loi Travail : 90% des sympathisants de la gauche hors PS sont notamment opposés au recours aux ordonnances.

3 Français sur 4 opposés à la cohabitation d’une monnaie nationale et d’une monnaie commune

  • Alors que Marine Le Pen a récemment abordé la possibilité de faire cohabiter une monnaie nationale française et une monnaie commune européenne, cette proposition semble ne pas trouver d’écho auprès des Français. Seuls 25% s’y déclarent favorables contre 74% qui y sont opposés (1% ne se sont pas prononcés).
  • En termes de catégories d’âge, c’est chez les Français âgés de 65 ans et plus que la réticence est la plus forte : 88% y sont opposés.