LES POSTES A HAUTES RESPONSABILITES : UN SACRIFICE PAS ASSEZ ATTIRANT POUR LES JEUNES CADRES FRANCAIS ? UN « ANCIEN MONDE PROFESSIONNEL » QUI NE SEDUIT PLUS ?

Si les jeunes cadres ne sont pas rebutés par les hautes responsabilités…le quotidien de leurs dirigeants ne leur fait pas envie, notamment auprès des femmes..

74% des cadres de moins de 40 ans déclarent que l’ambition est un moteur pour leur carrière et 60% des cadres de moins de 40 ans disent qu’occuper de hautes responsabilités leur ferait envie…mais seuls 44% d’entre eux estiment que le quotidien de leurs dirigeants actuels leur donne envie d’occuper leur place à l’avenir. Ce point est encore plus sensible chez les jeunes femmes cadres : seules 3 sur 10 (31%) déclarent que le quotidien de leurs dirigeants leur donne envie d’occuper leur place à l’avenir contre 53% des jeunes hommes cadres.

LES POSTES A RESPONSABILITES : DES CARRIERES TROP DEVORANTES ?  

Disposer de temps pour soi, un souhait incontournable chez les jeunes cadres. La crainte d’un sacrifice trop important chez les hommes, d’un manque d’aptitude physique et nerveuse ou de légitimité chez les femmes.

C’est la crainte de ne pas avoir assez de temps pour sa vie personnelle ou familiale qui explique majoritairement le manque d’envie d’exercer un poste à hautes responsabilités, aussi bien chez les hommes (75%) que chez les femmes (69%). En retrait, les hommes marquent plus nettement leurs réticences devant le rapport investissement/bénéfices insatisfaisant (50% contre 39% des femmes) alors que les femmes jugent que ces carrières sont trop exigeantes sur le plan physique et nerveux (44% contre 34% des hommes) ou craignent de ne pas être à la hauteur (32% contre 26% des hommes).

Les jeunes cadres sont assez partagés sur ce que représente l’exercice de hautes responsabilités : 56% d’entre eux (hommes : 59%, femmes : 53%) jugent cela synonyme d’accomplissement, contre 37% qui considèrent que c’est un sacrifice (hommes : 34%, femmes : 42%).

REENCHANTER LE LEADERSHIP DES DIRIGEANTS EN SORTANT CES FONCTIONS DE L’ISOLEMENT ET DE LA VERTICALITE 

Pour encourager les salariés à occuper de hautes responsabilités et promouvoir un leadership désirable, les jeunes cadres privilégieraient un leadership relationnel ancré dans :

  • L’interaction (management, écoute, équipe, communication)
  • La responsabilité (confiance, reconnaissance, exemplarité, respect, humanisme)
  • Un cadre dynamique (motivation, ambition, envie)

Pour près de 7 jeunes cadres sur 10, les qualités du leader désirable jugées prioritaires sont l’écoute (77%) et l’exemplarité (70%), très nettement devant le fait de savoir résister au stress (62%), d’être inspirant (58%) ou courageux (40%), un « portrait » indiquant l’attente d’un exercice professionnel probablement plus teinté d’intégrité et de proximité, moins dans l’expertise ou dans le charisme que dans le relationnel.