Les Français se sentent-ils à l’aise avec leur médecin ? Ont-ils parfois peur d’être jugés ? En ont-ils déjà fait l’expérience ? Cela a-t-il des répercussions sur leur accès au soin ?

L’enquête réalisée par BVA pour Zava, acteur de la téléconsultation, fait le point sur la situation et le ressenti des Français à ce sujet.

 

Un niveau relativement élevé de crainte ou d’expérience du jugement du médecin parmi les Français…

 

Plus de 3 Français sur 4 déclarent avoir déjà craint ou ressenti le jugement d’un professionnel de santé que ce soit en raison de leur état de santé, d’un traitement auquel ils tentaient d’accéder ou d’une question en lien avec ce sujet qu’ils souhaitaient aborder. 1 personne sur 10 estime être souvent confrontée à cette situation.

Dans le détail, 69% ont déjà eu peur d’être jugés par un professionnel de santé et quasiment la même proportion, 65%, ont déjà spécifiquement vécu ce type de jugement.

Concrètement, les remarques blessantes et inappropriées sont ce que les Français craignent ou ressentent le plus (31%). Viennent ensuite la leçon de morale (22%), la fausse opinion que le professionnel de santé pourrait se faire les concernant (18%) ou la nécessité d’expliquer plus précisément les circonstances du problème de santé rencontré (14%). Ils sont en revanche très peu à avoir peur que leur relation change avec ce professionnel de santé (7%) ou que celui-ci en parle à l’un de leurs proches (5%).

Loin devant les autres professionnels de santé, le médecin est celui dont les Français craignent le plus le jugement ou en ont déjà fait l’expérience (pour 74% des Français déjà confrontés à cette situation). Le jugement d’un pharmacien, d’une secrétaire médicale ou d’un infirmier est, néanmoins, beaucoup moins évoqué.

 

…qui s’avère un obstacle à l’accès aux soins pour une bonne partie d’entre eux

 

60% des personnes ayant déjà vécu une expérience de jugement d’un professionnel de santé ou la crainte de se retrouver dans cette situation ont été freinées dans leur accès aux soins pour cette raison, ce qui représente au total près d’1 Français sur 2 (47%).

Plus précisément, ces difficultés se traduisent surtout par le fait de ne pas avoir osé aborder un sujet de santé avec un professionnel de santé (45%), d’avoir repoussé la prise d’un rendez-vous médical (38%) ou encore d’avoir renoncé à une consultation médicale, à des soins ou à un traitement (25%). Ce retard dans l’accès aux soins a eu un impact négatif pour plus de la moitié d’entre eux, des conséquences avant tout psychologiques (41%). 16% affirment également que leur problème de santé s’est aggravé ensuite.

 

Retrouvez les résultats de l’étude sur le site de Zava