• Les Français sont-ils prêts à sauter le pas ? Plus du tiers (36%) seraient prêts à investir dans des placements financiers, notamment parmi les jeunes qui sont une majorité à déclarer pouvoir l’envisager (55%). Si les intentions exprimées par les Français dans leur ensemble restent donc encore assez modérées, les placements financiers suscitent une attractivité significative auprès de la jeune génération.

 

  • Qu’est-ce qui pourrait faire basculer les Français ? C’est avant tout la perspective de rendements financiers personnels tels que l’amélioration du rendement de leur épargne (40%) et le fait de gagner de l’argent rapidement (30%) qui pourraient pousser les Français à investir dans des produits financiers, notamment chez les jeunes (44% des 18-34 ans citent le fait de pouvoir gagner de l’argent rapidement). Chez les personnes qui se disent d’ores-et déjà prêtes à investir dans ce type de produits, on retrouve les mêmes motivations, exprimées logiquement avec encore plus de force (64% évoquent l’amélioration du rendement de leur épargne et 39% le fait de gagner de l’argent rapidement) mais elles semblent également sensibles à d’autres arguments comme le fait d’investir dans une entreprise française en achetant ses actions (32%) ou de se lancer un défi en apprenant à boursicoter (18%).

 

  • Quel montant investir pour une première fois ? S’ils devaient effectivement investir, les Français se montrent globalement prudents, en invoquant de petites sommes. Ainsi, les répondants sont 35% à évoquer un montant inférieur à 50€ et 17% entre 50 et 100€, soit une majorité (52%) qui investirait moins de 100€. Logiquement, ces sommes seraient plus élevées chez ceux qui se déclarent prêts à investir : 34% (contre 19% en moyenne) seraient prêts à placer plus de 1000€ et la moitié (47%) investirait au moins 500€.

 

  • Quels sont les freins qui demeurent ? 60% des Français ne se sentent pas prêts à investir dans des produits financiers, notamment parmi les retraités (70%) et les femmes (66%). Et lorsqu’il s’agit de justifier leur réticence face à l’investissement de produits financiers, les répondants évoquent principalement un manque de ressources financières (41%) ou de connaissances (32%) pour suffisamment appréhender ce milieu; tandis que la moitié (52%) font part de leurs réserves face à l’investissement par mesure de précaution (36% ont peur de perdre de l’argent, 26% de subir une arnaque).