BVA et la Banque Européenne d’Investissement dévoilent aujourd’hui les premiers résultats de la troisième édition du sondage sur le climat réalisé auprès de 30.000 personnes dans les 27 pays de l’Union européenne, au Royaume-Uni, en Chine et aux Etats-Unis. Cette première publication s’intéresse au défi du changement climatique dans une monde fortement marqué par la COVID-19.

 

La crise du COVID-19 bouleverse la hiérarchie des priorités

La pandémie est le 1er défi auquel doit faire face le pays aux yeux des Français (70 %), suivie par ses conséquences économiques et sociales : la crise financière (37 %) et le chômage (36 %). Le changement climatique (35 %) arrive au pied du podium. Il s’agit d’un revirement par rapport à 2019, les Français ayant alors déclaré que le principal défi posé à la France était le pouvoir d’achat (54 %), suivi par le changement climatique (53 %) et le chômage (41 %). Cette prépondérance de la pandémie s’observe dans l’ensemble des pays de l’Union européenne, qui en font tous désormais leur principale préoccupation.

Selon 69 % des Français, le changement climatique a des répercussions sur leur vie quotidienne. Bien que ce chiffre reste élevé, il est inférieur à celui du reste de l’Europe (75 %) et en net recul par rapport à 2019 (83 %), une tendance également observée dans plusieurs autres pays européens.

 

L’action en faveur du climat, essentielle à la reprise économique post-COVID-19

Une majorité de Français (61 %) estiment que la reprise économique doit tenir compte de l’urgence climatique. Selon eux, les pouvoirs publics devraient promouvoir une croissance à faible intensité de carbone et à l’épreuve du changement climatique (+4 points par rapport à la moyenne européenne).

En ce qui concerne les mesures gouvernementales en matière de climat, seuls 38 % des Français estiment que leur pays est à l’avant-garde de la lutte contre le changement climatique par rapport aux autres pays. Les autres citoyens européens notent mieux leur propre pays, 41 % d’entre eux affirmant qu’il est un chef de file de l’action pour le climat.

En ce qui concerne l’évaluation du rôle de l’Union européenne, 54 % des Français pensent que l’UE est à l’avant-garde de la lutte contre le changement climatique par rapport aux États-Unis et à la Chine.  En moyenne, les autres ressortissants européens évaluent plus positivement l’UE, 66 % d’entre eux déclarant qu’elle est à la tête de la lutte contre le changement climatique.

 

Appel à des mesures gouvernementales plus strictes pour modifier le comportement de la population

A l’instar des mesures sanitaires fortes adoptées par le gouvernement pour lutter contre la COVID-19 (confinement, limitations des déplacements, port du masque), les citoyens français affirment être favorables à des décisions comparables pour lutter contre le changement climatique : 66 % disent être en faveur de mesures gouvernementales plus strictes qui les obligeraient à modifier leurs comportements individuels pour lutter contre la crise climatique.