25% des salariés français ont connu une mobilité au cours des 3 dernières années…des déplacements partagés entre mobilité « choisie » et mobilité « subie »

1 salarié français sur 4 déclare s’être installé dans sa région de résidence ces 3 dernières années. Le taux de « nouveaux installés » est logiquement plus élevé chez les 18-24 ans (46%) et les 25-34 ans (31%) alors qu’il est plus réduit chez les 50 ans et plus (18%). Sur le plan régional c’est en Île-de-France (32%) que l’on trouve le plus de salariés ayant connu une mobilité au cours des 3 dernières années.

Quand on les interroge sur les raisons de cette mobilité, 47% des salariés ayant connu une mobilité récente citent leur volonté d’améliorer leur qualité de vie (comme 52% des ouvriers, 51% des provinciaux et 50% des 35 ans et plus). 40% indiquent que cette mobilité s’est faite dans le cadre de leur parcours professionnel (61% des cadres, 46% des Franciliens et 44% des moins de 35 ans). En retrait, 33% des salariés relient leur mobilité à un rapprochement de conjoint et 22% au besoin d’avoir davantage d’opportunités professionnelles

20% des salariés français ont un projet de mobilité à horizon 3 ans, essentiellement vers une autre région française, pour améliorer leur qualité de vie

4% des salariés envisagent de quitter leur région à court terme (moins d’1 an) et 16% à moyen terme (2 à 3 ans). Si le taux de personnes souhaitant changer de région à « horizon 3 ans » est donc de 20% dans la population salariée, il atteint même 46% chez les 18-24 ans, 32% chez les Franciliens et 24% chez les 25-34 ans.

80% de ces mobilités s’effectueraient dans une autre région française alors qu’uniquement 16% des salariés (mais tout de même 33% des cadres et 21% des Franciliens) quitteraient leur région pour se diriger vers l’étranger. 4% opteraient pour un territoire d’outre-mer.

Très majoritairement, les projets de mobilité des salariés français sont motivés par une volonté d’améliorer leurs conditions de vie. 66% des salariés ayant l’intention de changer de région indiquent que ce serait pour améliorer leur qualité de vie, un souhait plus présent chez les plus âgés et les Franciliens. 32% le feraient dans le cadre de leur parcours professionnel, notamment les cadres (57%), alors que 29% des salariés (et même 42% des moins de 35 ans) lient leur projet de mobilité à une volonté d’avoir davantage d’opportunités d’emploi et 25% à un rapprochement de conjoint.

Afin de changer de région, les Français ayant des souhaits de mobilité seraient majoritairement prêts à changer de secteur d’activité ou de métier (66%) ou à faire du télétravail (64%). 47% seraient même prêts à créer leur propre entreprise et 43% à accepter un emploi moins rémunéré que leur emploi actuel.

Aucune région ne se distingue dans les préférences des Français s’ils pouvaient choisir leur région de travail

La région PACA arrive légèrement en tête (14%) devant l’Occitanie (12%), la Nouvelle Aquitaine (10%) et la Bretagne (10%) alors que l’Île-de-France (8%) n’arrive qu’en 6ème position derrière la région Auvergne Rhône-Alpes (9%). Dans le détail, il est intéressant d’observer que les salariés qui maintiendraient le plus fortement le choix de leur région actuelle d’habitation sont les salariés de PACA (79%), de Bretagne (74%) et d’Occitanie (72%) alors que les salariés qui maintiendraient le moins fortement le choix de leur région actuelle d’habitation sont les salariés des régions Ile-de-France (34%), Centre-Val de Loire (36%) et Normandie (45%).