Des Français de plus en plus préoccupés et engagés pour l’environnement

  • Près des deux tiers des Français se disent inquiets pour l’avenir de la planète et considèrent que trop peu d’actions sont menées sur ce sujet (64%).
  • Pour agir en faveur du développement durable, ce sont d’abord les entreprises, les marques et les industriels qui sont les plus attendus pour agir sur le terrain : 40% des Français jugent qu’ils auraient l’impact le plus significatif, loin devant les citoyens et les pouvoirs publics.
  • Les Français sont aussi acteurs du changement : une majorité affirment avoir accentué ses efforts en matière de développement durable au cours des dernières années.

Une sensibilité qui se concrétise très largement dans les comportements d’achat

  • Plus de sept Français sur dix se tournent systématiquement ou de temps en temps vers les produits dépourvus de substances nocives pour la santé (83%), les produits bio (78%) ou les produits ou services labellisés Développement durable (75%, +4 points par rapport à 2015).
  • Un français sur dix déclare avoir déjà eu une allergie suite à l’utilisation de produits capillaires (9%). L’intérêt croissant pour les produits capillaires naturels, bio ou végétaux s’explique donc en premier lieu par leur effet bénéfique – ou non nocif – sur le bien-être et la santé (46%, +4 points).

Un intérêt net pour les démarches développement durable du secteur de la coiffure

  • Les Français montrent un intérêt grandissant envers les salons de coiffure qui ont obtenu un label – Développement durable : mon coiffeur s’engage – en reconnaissance de leurs engagements dans ce domaine : 64% contre 38% il y a trois ans.
  • Ils expriment une sensibilité marquée envers un salon qui est attentif aux risques d’allergies (79%, +10 points), limite et trie ses déchets (73%, +20 points) ou encore recourt à des produits capillaires naturels, bio et végétaux (70%, +25 points).
  • Un engagement qui séduit aussi dans le champ de la responsabilité sociale: 80% des Français accueillent favorablement les démarches visant à préserver la santé des salariés touchés par les troubles musculosquelettiques notamment, et 71% saluent toute action visant l’insertion et le lien social.