Jean-Luc Mélenchon, figure majeure de l’avenir de la gauche, Benoît Hamon également bien positionné

Interrogés sur les personnalités qui incarnent le mieux l’avenir de la gauche, les interviewés ont placé très nettement Jean-Luc Mélenchon en tête de leurs réponses. Jean-Luc Mélenchon domine le classement des Français (34%) devant Arnaud Montebourg (20%) et Bernard Cazeneuve (16%). Il se situe également en tête du classement de la population-clef des sympathisants de la gauche (51%), devant Benoît Hamon (31%), Christiane Taubira (24%), Martine Aubry (16%) et Anne Hidalgo (16%).

Benoît Hamon occupe également une place importante dans le futur de la gauche dans notre sondage. Il se situe notamment à la première place du classement des sympathisants du Parti socialiste (38%) devant Bernard Cazeneuve (25%) et François Hollande (17%), signe qu’il reste particulièrement emblématique de l’ADN politique de cette population, comme l’avait révélé la primaire de janvier 2017.

 

L’évolution du PS : maintenir son indépendance ou se rapprocher de la France Insoumise

Lorsque l’on interroge les Français sur les formations politiques dont devrait se rapprocher le Parti socialiste pour les prochaines années, ils jugent de façon majoritaire que le PS ne devrait se rapprocher d’aucune formation politique (45%) plutôt que d’envisager un rapprochement avec la France Insoumise (23%), avec La République en marche ! (15%) ou Europe-Ecologie-les-Verts (12%).

Chez les sympathisants du Parti socialiste, les opinions sont également plutôt favorables au maintien de l’indépendance du PS en ne se rapprochant d’aucune formation politique (41%). Seuls 24% des sympathisants PS envisagent un rapprochement avec Europe-Ecologie-les-Verts, 19% avec la France Insoumise et 15% avec La République en marche !. L’idée d’un rapprochement entre le Parti socialiste et la France Insoumise a par contre du poids auprès des sympathisants de la gauche : 47% d’entre eux jugent que le PS devrait se rapprocher de la France insoumise dans les prochaines années.

 

Le changement de nom du Parti socialiste, un souhait qui régresse mais reste élevé auprès des sympathisants socialistes

Seuls 39% des Français sont aujourd’hui favorables à un changement de nom du Parti socialiste soit 6 points de moins qu’en juin 2017, à l’issue d’une contre-performance électorale historique. Pour autant, le souhait d’un nouveau nom pour le PS reste significatif auprès des sympathisants socialistes (41%, +5 points).