UNE SENSIBILITÉ AUX INEGALITÉS ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES QUI CONTINUE DE PROGRESSER

En 2018, moins d’un Français sur deux considère que les inégalités entre les femmes et les hommes ont plutôt diminué depuis dix ans (47 %). Il s’agit du plus bas niveau jamais enregistré, en baisse de dix points par rapport à 2014. A l’inverse, 19 % considèrent qu’elles ont plutôt augmenté, un résultat en hausse de quatre points par rapport à 2014 et qui atteint également son plus haut niveau.

En 2018, près des deux tiers des Français jugent que les inégalités entre les femmes et les hommes sont importantes (65 %, +7 points depuis 2014). Les femmes sont nettement plus nombreuses à être de cet avis que les hommes (72 % des femmes contre 58 % des hommes).

 

L’ADHÉSION À CERTAINS STÉRÉOTYPES DE GENRE AUGMENTE DANS L’OPINION

  • En dépit d’une sensibilité élevée aux inégalités entre les femmes et les hommes, l’adhésion à certains stéréotypes de genre se renforce dans l’opinion:
  • « Les mères savent mieux répondre aux besoins et attentes des enfants que les pères » : 58 % (+5 pts par rapport à 2017).
  • « Les femmes font de meilleures infirmières que les hommes » : 41 % (+5 points par rapport à 2017)
  • « Dans l’idéal, les femmes devraient rester à la maison pour élever leurs enfants » : 25 % (+7 points par rapport à 2017)
  • « Les hommes sont de meilleurs managers d’équipe au sein d’une entreprise que les femmes » : 22 % (+5 points par rapport à 2017)

Ces hausses tendent à être plus prononcées chez les moins de 35 ans que chez leurs aînés. Les jeunes adultes demeurent toutefois globalement moins enclins à approuver ce type d’opinion que les personnes âgées de 35 ans ou plus.

 

LA RÉPARTITION DES TACHES MENAGÈRES EST JUGÉE MOINS ÉQUITABLE QU’AUPARAVANT

Si un Français sur deux estime que les hommes en font autant que les femmes (51 %), ce résultat est en baisse de cinq points par rapport à 2016. À l’inverse, 45 % considèrent que les hommes en font moins que les femmes, soit cinq points de plus qu’en 2016.

  • En ce qui concernant la garde des enfants, le souhait d’aménagement du temps de travail pour les femmes davantage que pour les hommes progresse cette année de 9 points en comparaison à 2016 (44 % en 2018).

 

 

Retrouvez l’ensemble des données de l’étude en vous rendant sur la page dédiée. Une première synthèse des résultats généraux de l’enquête est disponible sur le site de la DREES.

Depuis 2004, la DREES* demande à BVA de réaliser le Baromètre d’opinion, qui est un outil de référence pour analyser l’évolution de l’opinion des Français sur leur santé, sur la protection sociale (assurance maladie, retraite, famille, handicap-dépendance, pauvreté-exclusion) ainsi que sur les inégalités sociales et la cohésion sociale. L’enquête existe depuis 2000.

Les données de la vague 2018 ont été collectées en face-à-face du 15 octobre au 1er décembre 2018, auprès d’un échantillon de 3037 personnes, représentatif de la population âgée de 18 ans ou plus résidant en France métropolitaine (méthode des quotas). Pour faciliter la lecture, le terme « Français » désigne ici les personnes âgées de 18 ans ou plus vivant en France métropolitaine, qu’elles soient de nationalité française ou non.

Ces résultats tiennent compte des personnes qui ne se prononcent pas. Sauf mention contraire, leur part n’excède pas 3 % des personnes interrogées.

*La DREES est la Direction de la Recherche, des Études, de l’Évaluation et des Statistiques du Ministère des Solidarités et de la Santé.