LE MAL DE DOS : UNE GÊNE PHYSIQUE GÉNÉRALISÉE 

Au global, près de 9 Français sur 10 affirment qu’ils souffraient de mal de dos avant le confinement (89%). Un tiers déclarent même que cela leur arrivait souvent (32%, dont 12% « très souvent »).

Dans le détail, les plus concernés sont les cadres (94% souffrent de mal de dos dont 27% « souvent ») et les jeunes (89% des moins de 35 ans dont 40% « souvent »). Une conséquence de l’usage particulièrement régulier d’un ordinateur et des mauvaises postures que cela implique ?

 

LE CONFINEMENT A EU UN IMPACT PLUS NÉGATIF QUE POSITIF CHEZ LES PERSONNES SOUFFRANT DU DOS

Globalement, seul un quart des Français a eu la sensation que le confinement faisait évoluer son mal de dos (13% ont, depuis, plus mal au dos tandis que 11% ont, depuis, moins mal au dos). La majorité (76%) n’a pas constaté de changement. La période n’a pas engendré de mal de dos chez ceux qui n’était pas déjà concernés par cette gêne, ceux-ci déclarant à 95% qu’ils n’ont ni plus ni moins mal.

Le confinement a en revanche eu un certain impact sur les Français qui souffraient déjà souvent de mal de dos, en ayant tendance à détériorer leur situation : un quart d’entre eux (24%) ont depuis plus mal au dos, une proportion plus importante que la part de ceux qui ont constaté une évolution positive (19%). Ce sont surtout les personnes qui avaient très souvent mal au dos qui ont vu leur douleur augmenter (31%, contre 13% seulement qui ont constaté une amélioration). Dans tous les cas, la majorité continue a minima d’avoir autant mal au dos qu’avant.

 

Retrouvez l’analyse de Percko ici.