Pour 58% des Français, la France a changé depuis l’élection d’Emmanuel Macron

  • 32% considèrent qu’elle a même changé plus qu’ils ne l’imaginaient et 26% qu’elle a changé, mais moins qu’ils ne l’imaginaient. Parmi les Français qui perçoivent le plus fortement que la France a changé, on trouve les moins de 35 ans (62%), les 65 ans et plus (64%) et les cadres (67%).
  • A l’inverse, 38% des Français considèrent que l’élection d’Emmanuel Macron n’a pas entraîné de changement pour la France (4% ne se prononcent pas). Parmi les Français qui expriment plus significativement que le pays n’a pas changé, on trouve les 50-64 ans (48%), les employés et les ouvriers (47%) et les ruraux (47%).

 

Parmi les Français ayant perçu un changement, 51% considèrent que la France a changé plutôt en mal, 37% estiment qu’elle a changé « plutôt en bien »

  • Le sentiment que la France a changé en bien est plus présent chez les 65 ans et plus (58%), les cadres (51%), les habitants de l’agglomération parisienne (56%) et les sympathisants LREM (92%) voire LR (45%).
  • L’opinion selon laquelle la France a changé plutôt en mal est plus marquée chez les moins de 35 ans (65%), les 35-49 ans (47%), les employés et ouvriers (55%), les ruraux (53%) et les périurbains (59%) et les habitants de grandes villes de province (57%).
  • 11% des Français ayant perçu un changement pour la France considèrent qu’elle n’a changé ni en bien ni en mal, 1% ne se prononcent pas.

 

Un pays à la stature internationale renforcée, plus dynamique et plus ambitieux mais aussi moins démocratique, moins juste, moins égalitaire

  • Pour 63% des Français, la France est plutôt plus ambitieuse depuis l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron, 57% jugent qu’elle est plutôt plus importante sur le plan international et 53% qu’elle est plutôt plus dynamique.

Verbatim de la communauté POP by BVA : « L’idée d’entrepreneuriat fait son chemin, la France est de retour dans le concert des nations, nous nous accaparons les nouvelles technologies et en créons. Ceux qui entreprennent et qui créent de la richesse sont plus libres. »

  • En revanche, pour 65% des Français, la France est plutôt moins démocratique depuis l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron, 72% la jugent plutôt moins juste et 75% plutôt moins égalitaire.

Verbatim de la communauté POP by BVA : « Il y a une augmentation de la fracture sociale, il crée une société à deux vitesses (tout pour les riches et les pauvres n’ont qu’à payer), il a accentué la fracture entre Paris et les grandes villes d’un côté, et la province de l’autre. »

 

Un Président différent de ses prédécesseurs et un clivage gauche-droite dépassé mais des réserves sur le gain d’efficacité de l’action politique et la représentation de la société française dans la classe politique

  • Pour 63% des Français, Emmanuel Macron est un Président différent de ses prédécesseurs.
  • 43% des Français seulement jugent que l’opposition entre la droite et la gauche a encore du sens aujourd’hui. Seuls les sympathisants LFI (69%) et LR (60%) semblent conserver un certain attachement au clivage gauche-droite.
  • Pour autant, 39% des Français seulement considèrent que l’action politique a gagné en efficacité avec l’élection d’Emmanuel Macron.
  • Et uniquement 26% des Français considèrent qu’aujourd’hui, la classe politique représente mieux la diversité de la population française.

 

Des Français partagés sur la politique d’Emmanuel Macron à l’horizon 2022 : 44% pensent qu’elle permettra de faire évoluer la France, 54% ne le pensent pas

  • Pour 28% la politique menée par Emmanuel Macron permettra de réformer la France en profondeur pour préparer l’avenir. Une opinion fortement présente chez les retraités (37%) et les sympathisants LREM (68%).
  • Pour 16%, elle permettra d’adapter la France pour répondre aux enjeux du moment. Cette opinion est plus nettement partagée par les cadres (28%) et les habitants de l’agglomération parisienne (28%).
  • Pour 54%, elle ne fera pas évoluer la situation de la France. Cette opinion est majoritaire chez les moins de 50 ans (59%), chez les employés et ouvriers (62%) et les ruraux (60%) ainsi que chez les sympathisants LFI (92%), PS (70%) et FN (85%).