Nous venons de boucler la 70ème vague de notre baromètre COVID 19, initié au printemps 2020. Et si cette nouvelle édition nous montre que l’annonce de campagnes de vaccination a visiblement fait bouger les lignes, elle nous a également permis d’aller regarder de plus près ce qu’il se passe en matière d’achats. Car on le sait, le secteur du retail est fortement impacté par cette crise.

Qu’en retenons-nous ?

 

De manière générale, le contexte reste tendu et peu porteur pour la consommation, notamment en France :

  • La crise sanitaire pèse nettement moins sur le moral depuis quelques semaines, mais les inquiétudes sur la situation économique qui découle de la crise restent importantes : 80% d’inquiets en France vs. 78% en Italie et 72% au UK.
  • On observe néanmoins que, sans que l’horizon ne s’éclaircisse complètement, une majorité des sondés disent être confiants quant à leur propre situation financière sur les prochaines semaines, même si c’est un peu moins le cas en France : 55% de confiants versus 61% en Italie et 69% au UK

 

Dans ce contexte, les dépenses projetées pour la période de Noël sont à la baisse par rapport à l’année dernière :

  • Bien sûr les dépenses en sorties, restau, loisir, voyages, sont très nettement impactées dans un contexte où les possibilités restent très limitées (70% à 80% de dépenses en moins).
  • Ces baisses projetées ne viennent pas se reporter sur les achats cadeaux ou déco : 1 Français sur 3 en moyenne reverra son budget cadeau / déco à la baisse cette année (idem au UK, vs. 1 sur 2 en Italie)
  • Ce sont au final les dépenses en matière d’alimentation qui seront les plus préservées. Même si les restrictions de rassemblement viennent impacter le budget négativement pour 1 personne interrogée sur 4, cette baisse est en partie compensée par ceux qui envisagent de se faire plaisir pour compenser (27% au UK, 18% en France et 16% en Italie)

 

Par ailleurs, c’est dans un climat d’anxiété que les achats sont abordés :

  • Seulement 35% des Français ont le sentiment que les règles sont bien respectées de manière générale.
  • Ce qui génère des sentiments encore majoritairement négatifs : agacement (53%), frustration (49%), Déception (47%), Colère (39%).
  • A noter, les Français semblent à ce sujet, aussi disciplinés que les Britanniques, derrière les Italiens.

 

Résultat, le développement des achats en ligne s’accélère :

  • Ce sont dorénavant 36% des Français qui font des achats en ligne de façon régulière et ils sont 29% à confirmer le faire plus souvent depuis le début de la crise.
  • Le canal Internet a pris encore plus d’importance au UK (52% achètent fréquemment) et en Italie (49%) avec respectivement 53% et 44% de hausse déclarée depuis le début de la crise.
  • Pour ces achats en ligne :
    • La livraison à domicile reste le mode privilégié quel que soit le pays – 71% l’utilisent en France, 87% en Italie et 83% au UK.
    • Le retrait en point relais est presque aussi important en France (67%), mais faute d’un réseau aussi étendu, ce service est moins développé au UK (36%) et en Italie (34%)
    • Les services de Click&Collect se sont bien développés depuis le début de la crise (de +10 à +20%), mais sont bien plus utilisés en France (50%) qu’au UK ou en Italie (30%)

 

On espère que ces informations viennent apporter du contexte à ce que vous observez sur le terrain, en cette période cruciale pour vous, et encore plus cette année.

Rendez-vous la semaine prochaine pour de nouvelles infos sur les services attendus par les clients dans le retail.