Alors qu’Emmanuel Macron doit prendre la parole mardi à 20h pour faire le point sur la situation sanitaire et annoncer la possible réouverture de certains commerces, comment les Français projettent-ils leurs achats de cadeaux de Noël ?
Les résultats de l’enquête réalisée par BVA avec la participation d’EPISTO, montrent qu’à un mois de Noël, tout reste à faire ! Les semaines à venir seront déterminantes pour les acteurs du commerce, qui vont devoir rassurer les consommateurs quant à leur capacité à gérer l’affluence et à garantir une livraison efficace.

A un mois de Noël rien n’est joué : Pour une majorité de Français, les achats de cadeaux restent à faire.

Seuls 5% des Français déclarent avoir fini leurs achats de cadeaux de Noël, et 15% avoir quasiment terminé. Pour la très grande majorité (80%), les achats de cadeaux se concentreront sur les 4 semaines à venir.

Une photographie à mi novembre, un peu différente de celle de l’année dernière, puisque 44% des Français se déclarent en retard, et seulement 17% se disent plutôt en avance.

  • 62% de ces « retardataires » se disent en attente de la réouverture des magasins pour faire leurs achats. Dans le même temps, 29% d’entre eux s’interrogent sur l’endroit où ils fêteront Noël cette année, et 21% évoquent un enjeu d’étalement des dépenses, dans un contexte économique difficile.
  • Quant aux 17% de « prudents » qui se déclarent en avance, ils ont avant tout (pour 53% d’entre eux) eu peur de la période de décembre (que ce soit en termes de délai de livraison, de stock ou d’affluence en magasin) et 44% ont ainsi préféré faire leurs achats avant le reconfinement.

Si certains Français envisagent de privilégier Internet par pragmatisme, la plupart d’entre eux se montre plus attachée au commerce physique et particulièrement encline à soutenir les petits commerçants.

Seulement 1 Français sur 4 déclare qu’il fera plus d’achats de cadeaux de Noël sur internet cette année, par praticité bien sûr (37%), mais aussi par manque d’envie d’aller en magasin (39%) et par peur de l’affluence (33%).

Mais cette tendance s’amplifie auprès des plus jeunes : les 18-34 ans et les familles se montrent plus en faveur des achats sur Internet cette année (respectivement 42% et 32%). Ils ne sont que 15% auprès des 50 ans et plus.

Pour les ¾ de Français qui n’iront pas davantage sur Internet cette année, c’est en premier lieu (à 39%) par soutien pour les petits commerçants, mais également parce que le magasin physique a encore de forts atouts pour les achats de cadeaux de Noël : le souhait d’être inspiré en magasin (29%), l’envie de faire du shopping (24%), le besoin de voir/essayer/toucher (23%).

Les petites boutiques indépendantes, dont on a beaucoup parlé ces dernières semaines, semblent bénéficier d’un élan de solidarité.

Elles se hissent cette année au même rang (à 82%) que les hypers/supers (à 83%) ou les chaines de magasins spécialisés (à 77%) en termes d’intention de fréquentation pour les achats de cadeaux.

Sur le sujet Amazon, les avis sont partagés : si 19% des Français pensent y avoir recours plus encore cette année (pour des raisons de facilité d’achat), 20% s’y refusent (pour des raisons plutôt idéologiques).

A 30 jours de Noel, les Français ont besoin d’être rassurés par la capacité des commerçants à délivrer des expériences « efficaces » :

Au-delà d’assurer le respect des gestes barrières (un basique incontournable pour 49%), les Français sont en attente de solutions qui permettront de les rassurer et de mieux gérer l’affluence en point de vente, comme par exemple proposer des solutions d’encaissement sur la zone de vente pour éviter le monde en caisse (37%), élargir les horaires d’ouverture (32%) ou encore les informer sur le temps d’attente avant d’entrer en magasin une fois sur place (27%)

Concernant le e-commerce, c’est sur la livraison que les principales attentes se cristallisent, avec 49% des Français qui attendent une livraison gratuite, a minima en point relais.