Pour cette mesure des intentions de vote des Français, BVA a travaillé sur quatre hypothèses de candidatures pour Les Républicains : Alain Juppé (sans François Bayrou), Nicolas Sarkozy, François Fillon et Bruno Le Maire.

Alain Juppé confirme son statut de favori et creuse encore l’écart

  • Alain Juppé recueillerait 38% des voix (+3 points) au premier tour de la présidentielle. Dans un contexte de tension sociale forte, il semble capitaliser sur son image rassembleuse alors que Nicolas Sarkozy (22%) et François Fillon (21%) font toujours jeu quasiment égal et que Bruno Le Maire enregistre pour sa part une baisse d’un point (17%).

La dynamique Marine Le Pen s’essouffle légèrement

  • La présidente du Front national apparaît toujours en mesure de se qualifier pour le second tour de l’élection présidentielle mais elle perd entre 1 et 3 points selon les hypothèses testées, recueillant de 25% à 27% des suffrages exprimés. Face à Alain Juppé, seul cas de figure dans lequel elle se qualifierait en 2ème position, l’écart se creuse : elle recueillerait 25% des suffrages exprimés (-2 points) contre 38% pour le maire de Bordeaux (+3 points).

François Hollande n’apparaît toujours pas en mesure de se qualifier pour le second tour, malgré un très léger frémissement

  • Quelle que soit l’hypothèse testée, l’actuel président de la République arriverait toujours en troisième position, loin derrière Marine Le Pen et le candidat Les Républicains, avec un score variant entre 13,5 et 16% des suffrages exprimés seulement.

François Bayrou : la surprise ?

  • François Bayrou crée la surprise de notre sondage. Il enregistre une progression comprise entre 1,5 (avec 13,5% des voix face à Nicolas Sarkozy) et 5 points (avec 16% des voix face à Bruno Le Maire, à égalité avec François Hollande). A l’image d’Alain Juppé, François Bayrou semble bénéficier de son image de centriste, rassembleur, dans un contexte de tension sociale au sein duquel les Français semblent exprimer une envie d’union.

Jean-Luc Mélenchon résiste, l’extrême-gauche recule

  • Après avoir enregistré une dynamique favorable, sur fond de mouvement de contestation sociale et de fracture interne à la gauche, le leader du Parti de Gauche se stabilise. Selon les hypothèses testées, son score oscille entre 12% et 13% et son écart avec François Hollande apparaît ainsi un peu moins ténu que lors de notre dernière vague. Nathalie Arthaud et Philippe Poutou sont en recul, conséquence probable de la mise à distance des extrêmes caractéristique de la période.

Au second tour, Marine Le Pen serait battue par le candidat Les Républicains quel qu’il soit

  • Dans l’hypothèse, actuellement la plus probable, d’un second tour opposant la présidente du Front national au candidat Les Républicains, Marine Le Pen serait battue. Alain Juppé reste le candidat en mesure de la battre le plus largement, avec 70% des voix.

Lutte contre le djihadisme, terrorisme, crise des migrants : les sujets ayant le plus impacté les intentions de vote

  • Lorsque l’on établit un parallèle entre les éléments ayant émergé de notre suivi du web au cours des dernières semaines et les intentions de vote des Français, trois sujets se dégagent : il s’agit de la lutte contre le djihadisme (76%), du terrorisme (75%) et de la crise des migrants (74%). Légèrement en retrait, la baisse du chômage compte aussi beaucoup dans les choix électoraux car elle est citée par 73% des électeurs.

À télécharger

Rapport

Partenaires

Sondage réalisé dans le cadre de POP2017 avec nos partenaires

  • Salesforce
  • Orange
  • Presse Régionale

Contact