À deux mois jour pour jour du premier tour, BVA et Salesforce, en partenariat avec la Presse Régionale et Orange, publient leur 10ème sondage d’intentions de vote à l’élection présidentielle. Notre enquête a été réalisée avant la conférence de presse de François Bayrou où il a annoncé qu’il ne serait pas candidat. Les résultats présentés correspondent uniquement à une offre électorale sans François Bayrou.

Dans un contexte instable et marqué par l’affaire Fillon, un intérêt en baisse pour l’élection et des électeurs plus volatils que jamais

  • 75% des Français se déclarent intéressés par l’élection présidentielle : un score en retrait par rapport à notre dernière mesure début février (-3 points).
  • Les Français portent un jugement très critique sur la campagne : invités à lui donner une note pour évaluer sa qualité, près d’un électeur sur deux lui attribue une note inférieure à 5.
  • La participation déclarée apparaît également légèrement en déclin (74%; -1 point depuis début février, -2 points depuis janvier) et s’annonce plus faible que par rapport aux élections présidentielles antérieures (près de 80% au premier tour de 2012).
  • Parmi les électeurs ayant exprimé une intention de vote, 4 sur 10 déclarent pouvoir encore changer d’avis (40%) : une proportion supérieure à ce que l’on enregistrait en 2012 à la même époque.

Marine Le Pen progresse et creuse encore l’écart avec ses concurrents

  • Marine Le Pen est créditée de 27,5% des voix, soit 2,5 points de plus que début février.
  • Elle devance désormais très nettement ses poursuivants et confirme ainsi son statut de favorite pour le premier tour.
  • Elle bénéficie toujours du socle électoral le plus solide : 75% de ses électeurs potentiels déclarent que leur choix est définitif, comme début février.
  • La question est de savoir si elle dispose de réserves de voix et pourrait encore progresser au cours des prochaines semaines.

Emmanuel Macron conserve une légère avance sur François Fillon

  • Emmanuel Macron enregistre un léger reflux : crédité de 21% des intentions de vote, il perd 1 point en 15 jours. Son électorat demeure par ailleurs fragile : parmi ses électeurs potentiels, plus d’1 sur 2 peut encore changer d’avis (58%).
  • François Fillon talonne Emmanuel Macron, avec 19% des intentions de vote (relativement stable par rapport à notre dernière mesure au cours de laquelle il avait enregistré une baisse de 4 à 6 points selon les hypothèses, consécutive au « Penelope Gate »). Malgré les affaires auxquelles il doit faire face, son socle électoral apparaît solide (73% de ses électeurs potentiels sont sûrs de leur choix, il s’agit du meilleur score après celui de Marine Le Pen).

Benoît Hamon distance Jean-Luc Mélenchon, en baisse

  • Crédité de 17% des suffrages, Benoît Hamon s’impose comme le 4ème homme, juste derrière François Fillon et Emmanuel Macron.
  • Si son score est stable par rapport à notre dernière mesure début février, il creuse néanmoins l’écart avec Jean-Luc Mélenchon, en perte de vitesse (10,5% des intentions de vote, -1 point).