Un potentiel de participation important…

  • Un peu plus d’un électeur Français sur trois (35%) se déclare intéressé par la primaire qui intéresse logiquement davantage les sympathisants de la droite (63% contre 30% des sympathisants de la gauche) et notamment les sympathisants Les Républicains (68%) et de l’UDI (66%). Notre indicateur de participation est de 8%, ce qui, rapporté à la totalité du corps électoral français, représenterait un peu plus de 3,5 millions d’électeurs.

… et un corps électoral « élargi » si la mobilisation annoncée se confirme.

  • La moitié des votants potentiels au 1er tour est composée de sympathisants Les Républicains (54%). L’autre moitié regroupe donc d’autres sensibilités politiques : 12% sont des centristes (UDI + MoDem), 11% des sympathisants FN, 3% des sympathisants de Debout la France, 13% des sympathisants de la gauche et 7% ne revendiquant aucune proximité partisane.

Avantage à Alain Juppé

  • Dans ce contexte, crédité de 38% des intentions de vote, Alain Juppé arriverait en tête du 1er tour de la primaire si elle avait lieu dimanche prochain. Il devancerait Nicolas Sarkozy de 4 points (34%). Bruno Le Maire et François Fillon seraient au coude à coude, recueillant chacun 11% des suffrages exprimés. La seule femme de cette primaire, Nathalie Kosciusko-Morizet, est créditée de 4% des voix. Jean-François Copé (1%) et Jean-Frédéric Poisson (1%) ferment la marche. D’un point de vue politique, Alain Juppé recueille 28% des intentions de vote des sympathisants des Républicains mais est surtout porté par l’électorat du Modem (73%) et de l’UDI (65%). A contrario, Nicolas Sarkozy rassemble près d’un électeur proche des Républicains sur deux (48%).

Lutte contre le terrorisme, croissance et emploi : thèmes prioritaires de la campagne pour les électeurs potentiels

  • 54% des votants potentiels à la primaire souhaitent que les candidats de la primaire évoquent en priorité, pendant la campagne, la lutte contre le terrorisme, 39% la sécurité et la lutte contre la délinquance, 28% les valeurs de la société française.
    Il faut cependant insister sur le fait qu’un autre sujet apparaît prioritaire pour un électeur sur deux : la croissance et l’emploi (49%). Par ailleurs, 1 électeur potentiel sur 4 (25%) souhaite que les candidats abordent la fiscalité, 17% les retraites, 17% l’éducation et uniquement 12% la laïcité.
  • En tout état de cause, quelle que soit l’issue du scrutin, une majorité des électeurs est prête à jouer le jeu de la primaire : 69% des votants potentiels déclarent que si le candidat désigné à l’issue de la primaire n’est pas celui pour lequel ils ont voté, ils voteront néanmoins pour lui lors du premier tour de l’élection présidentielle.

À télécharger

Rapport

Partenaires

Sondage réalisé dans le cadre de POP2017 avec nos partenaires

  • Salesforce
  • Orange
  • Presse Régionale

Contact


Groupe BVA