Un sondage réalisé dans le cadre de POP2017, la plateforme des opinions publiques. La primaire ouverte de la gauche pour désigner le candidat socialiste devrait avoir lieu fin janvier. BVA et ses partenaires Orange, la Presse Régionale et Salesforce publient les résultats d’un sondage inédit, réalisé auprès d’un échantillon représentatif de 10.000 Français.
Dans un contexte de crise à gauche, quel est l’intérêt des Français pour cette primaire ? Même si beaucoup d’inconnues demeurent, quel est pour l’heure le potentiel de participation ? Et qui, parmi les candidats possibles ou pressentis, sont aujourd’hui les favoris ?

Un potentiel de participation modéré pour le moment

  • Près d’un Français sur trois se déclare intéressé par la primaire socialiste (32%), un résultat quasiment équivalent à celui enregistré pour la primaire de la droite (35%). Le potentiel de participation est en revanche beaucoup plus faible : 4% des électeurs Français ont l’intention de voter au 1er tour de cette primaire, soit environ 1,8 million de votants.
  • Le potentiel de participation à la primaire de la gauche est beaucoup moins important que celui mesuré aujourd’hui pour la primaire de la droite et du centre. Il est également inférieur à la participation effective enregistrée au premier tour de la primaire socialiste cinq ans plus tôt : en 2011, près de 2,7 millions de Français avaient voté au premier tour.

Un corps électoral composé au deux tiers de sympathisants PS

  • Le corps électoral potentiel actuel est composé aux deux tiers (63%) de sympathisants socialistes. Au total, 81% des votants potentiels sont des sympathisants de la gauche, dont 14% des sympathisants de partis à gauche du PS et 4% des sympathisants EELV. 7% sont des sympathisants de la droite et du centre, 7% sont des sympathisants FN.

Arnaud Montebourg l’emporterait face à François Hollande…

  • Dans l’hypothèse d’un scrutin opposant les candidats actuellement déclarés ou pressentis, François Hollande arriverait en tête du premier tour, avec 43% des intentions de vote. Il devancerait Arnaud Montebourg (33%) et Benoît Hamon (14%).
  • Au second tour en revanche, Arnaud Montebourg l’emporterait face au chef de l’Etat (52% contre 48%). Il serait notamment soutenu par les sympathisants de la gauche hors PS (qui voteraient pour lui à 86%) et bénéficierait de bons reports de voix des électeurs de Benoît Hamon (56%).

… mais serait battu par Manuel Valls s’il était candidat

  • Dans l’hypothèse où François Hollande ne serait pas candidat et où Manuel Valls se présenterait, le Premier ministre arriverait en tête du premier tour, avec 44% des intentions de vote, devant Arnaud Montebourg (31%) et Benoît Hamon (14%).
  • Il emporterait également le second tour, avec un score serré : 51% des suffrages contre 49% pour Arnaud Montebourg. Les deux tiers des sympathisants PS (66%) voteraient pour Manuel Valls alors qu’Arnaud Montebourg regrouperait 80% des électeurs de la « gauche hors PS » (ce qui n’est pas tellement surprenant tant le Premier ministre a été décrié à gauche du PS mais aussi chez les Verts).

À télécharger

Rapport

Partenaires

Sondage réalisé dans le cadre de POP 2017 avec nos partenaires

  • Salesforce
  • Orange
  • Presse Régionale

Contact