Sondage BVA pour lepetitjournal.com

À 3 semaines du 1er tour de l’élection présidentielle, BVA et lepetitjournal.com publient un sondage d’intentions de vote auprès des Français de l’étranger. 1,3 millions de Français sont inscrits sur les listes consulaires. Ces Français de l’étranger qui représentent environ 2% du corps électoral se sont illustrés en 2012 par un vote différent de celui des Français vivant en France. Cela sera-t-il encore le cas cette année ?

Emmanuel Macron fait la course en tête, et devance François Fillon

  • Emmanuel Macron est crédité de 36% des intentions de vote, alors que François Fillon recueillerait 31% des suffrages. L’attrait pour le candidat d’En marche! n’est pas surprenant car il séduit beaucoup les personnes CSP+, très nombreuses au sein des Français expatriés.
  • Son socle électoral est assez fragile puisque seule une courte majorité de ses électeurs potentiels (53%) se déclarent sûrs de leur choix alors que cette proportion atteint 72% parmi les électeurs de François Fillon. Pour les Français expatriés, ces résultats pourraient fragiliser Emmanuel Macron dans la dernière ligne droite au profit de François Fillon.
  • À l’image de ce que l’on observe dans les intentions de vote nationales, François Fillon se place derrière Emmanuel Macron. Il obtient toutefois un score supérieur à la moyenne des Français, confirmant l’attrait des Français de l’étranger pour la droite. Par ailleurs, François Fillon peut compter sur le cœur de son électorat : il bénéficie de 81% des intentions de vote des sympathisants des Républicains.

Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon, et Marine Le Pen sont largement distancés

  • Benoît Hamon pâtit de la situation actuelle de la gauche, et ne rassemble que 13% des suffrages (un score similaire à celui que l’on mesurait dans les intentions de vote réalisées à la même époque en France).
  • Chez les Français de l’étranger, le candidat du Parti socialiste devance Jean-Luc Mélenchon qui est crédité de 8% des intentions de vote. Mais Jean-Luc Mélenchon bénéficie d’un socle électoral plus solide que celui de Benoît Hamon : 67% de ses électeurs sont sûrs de leur choix alors qu’ils ne sont que 51% pour le candidat du Parti socialiste, le score de sûreté de choix le plus faible parmi les principaux candidats.
  • Le vote des Français de l’étranger se caractérise par un très faible attrait pour le Front National. Cela se confirme dans notre intention de vote, Marine Le Pen rassemblant 9% des suffrages. Son score est ainsi très éloigné des intentions de vote qu’elle recueillerait en France (environ un quart des personnes certaines d’aller voter ayant exprimé une intention de vote).