Pour mieux cerner l’apport économique des étudiants étrangers à la vie du pays, Campus France a mené une étude en ligne auprès d’un échantillon représentatif de 4 200 étudiants. Le terrain a été confié à l’institut BVA qui a développé une plateforme permettant de répondre au questionnaire en français, en anglais, en espagnol et en chinois.

Afin de corriger les écarts avec la population de référence, un redressement a été effectué sur 4 critères retenus pour leur pertinence : origine géographique de l’étudiant (9 zones), type d’établissement supérieur fréquenté (6 types), niveau d’études (4 niveaux), bénéficiaires de bourses du gouvernement français (2 profils).

  • Un bilan économique qui est globalement favorable à la France
  • Une dépense importante pour chaque étudiant, qui demande des efforts financiers
  • La majorité d’entre eux (65 % à 85 %) deviennent à l’issue de leur séjour d’études des consommateurs et prescripteurs :
    • de produits français ;
    • d’études en France ;
    • de relations avec les entreprises françaises ;
    • de tourisme en France.

La plupart des non francophones terminent leur séjour en ayant nettement progressé dans la maîtrise de la langue française et souhaitent garder des contacts avec la France.

Au total, il apparaît nettement qu’en accueillant les étudiants étrangers, l’État français bénéficie d’une importante entrée de flux financiers générant un solde financier positif. Accueillir des étudiants étrangers est donc pour la France une source de richesses immédiates, mais aussi une source de prospérité économique et d’influence diplomatique à long terme.

Retrouvez en pièce jointe une note avec le détail et la synthèse des résultats de l’étude.

À télécharger

Le sondage

Partenaires

sondage réalisé pour

Contact