Les Français sont largement favorables à l’encadrement des prix des traitements innovants pour qu’ils soient soutenables par la Sécurité sociale

  • La majorité des Français (55%) ont déjà entendu parler des prix très élevés de certains traitements innovants obligeant leur rationnement en France et donc l’impossibilité d’en disposer pour tous les malades qui en ont besoin.
  • 85% des Français pensent que les pouvoirs publics devraient imposer aux laboratoires pharmaceutiques des prix soutenables par la Sécurité sociale pour que tout le monde puisse y avoir accès.
  • Les Français sont également une nette majorité (68%) à estimer que le budget de la sécurité sociale doit être augmenté de façon prioritaire pour financer le coût de ces traitements innovants en France.
  • Il résulte de ce constat que près de 4 personnes sur 10 (38%) ne pensent pas que, si un jour ils avaient un besoin vital d’un traitement innovant coûteux, il serait pris en charge par la Sécurité sociale (57% pensent le contraire).

Un niveau d’information en matière de santé qui demeure élevé

  • Les Français se sentent bien informés en matière de santé. Ils sont ainsi plus de 9 sur 10 à déclarer être bien informés concernant les bons gestes à adopter pour être en bonne santé (91%, +1 point par rapport à l’an passé) et concernant leur état de santé et les soins et traitements qui y sont liés (90%, -3).
  • Mais la notoriété des dispositifs de représentation des usagers reste minoritaire

Le médecin traitant, premier conseiller pour choisir un professionnel ou un établissement de santé

  • Lorsque les Français ont besoin de choisir un professionnel ou un établissement de santé, pour se renseigner, ils se tournent d’abord vers leur médecin traitant (90%, -4) puis loin derrière vers un médecin spécialiste (40%, -8) ou leurs proches (36%, -3). Internet arrive en 4ème position suite à une très forte progression par rapport à l’année dernière (19%, +8) et dépasse désormais le pharmacien (16%, -2).

Les droits des malades, leur connaissance est en légère baisse mais ils semblent aussi bien appliqués que par le passé

Les complémentaires santé, le porte-parole le plus légitime pour défendre les intérêts des patients

  • Cette nouvelle vague du baromètre confirme le repli de la légitimité des associations pour représenter et défendre les intérêts des malades et des usagers du système de santé observé l’an passé : 1ère avec 9 points d’avance sur le 2ème en 2014, les associations rétrogradent en 2ème position (49%) derrière les complémentaires santé (55%, +3).
  • Les organisations professionnelles de médecins connaissent également une forte baisse de leur légitimité à représenter et défendre les intérêts des usagers du système de santé. Elles reculent en 4ème position (22%, -6) derrière les administrations et institutions publiques qui gagnent une place (3ème, 23%, +2).

 

A télécharger

Le sondage

Partenaires

Sondage réalisé pour :

Contact


Groupe BVA