Pour 76% des Français, les récentes hausses des prix du carburant ne sont pas justifiées par l’enjeu écologique

Seuls 23% des Français estiment que les récentes augmentations sont nécessaires pour lutter contre le réchauffement climatique contre 76% qui ne les jugent pas nécessaires (1% ne se prononcent pas).

 

83% des Français déclarent que les récentes hausses de prix du carburant ont eu un impact sur leur situation financière, dont 43% un impact important et 40% un impact modéré

Les augmentations semblent avoir eu plus d’effet encore sur la situation financière des employés et ouvriers (60% identifient un impact important), des ruraux (56%) et des membres de foyers à bas revenus (<1500€ mensuels : 54%). A l’inverse, seuls 21% des habitants de l’agglomération parisienne et 29% des cadres indiquent que les hausses des prix du carburant ont eu un impact important sur leur situation financière.

 

La revalorisation des aides pour les travailleurs contraints de prendre leur voiture : une mesure accueillie de façon mitigée

L’annonce par Emmanuel Macron semble accueillie avec une certaine réserve par les Français : 46% jugent qu’elle va plutôt dans le bon sens, 52% qu’elle va plutôt dans le mauvais sens (2% ne se prononcent pas). Signe probablement de fortes attentes de ces populations sur ce sujet, 56% des ruraux, 58% des employés et ouvriers et 60% des membres de foyers à bas revenus (< 1500€ mensuels) jugent que cette mesure va plutôt dans le mauvais sens.

 

65% des Français approuvent le mouvement des « Gilets jaunes »…

Sans attache politique manifeste, le mouvement des « Gilets jaunes » est majoritairement soutenu par les sympathisants LFI (73%) et PS (61%) aussi bien que par les sympathisants LR (84%) et RN (79%). Par contre, il parait ancré avant tout dans la défense du pouvoir d’achat : c’est auprès des employés et ouvriers (78%) et des membres de foyers à bas revenus (<1500€ mensuels : 78%) que le soutien à la mobilisation à venir est le plus fort, de même qu’auprès des ruraux (76%).

 

…et 42% déclarent qu’ils ont l’intention de participer à la mobilisation du 17 novembre.

L’intention de participer à la mobilisation du 17 novembre apparait clivée dans la population : elle est plus élevée chez les employés et ouvriers (58%) que chez les cadres (25%) ou les retraités (37%) de même qu’elle est plus forte chez les provinciaux (46%), et notamment chez les ruraux (55%), que chez les habitants de l’agglomération parisienne (23%).