À l’occasion des 10 ans de la JFD (Journée de la Femme Digitale), l’accélérateur de croissance, fondé en 2012 par Delphine Remy-Boutang, publie les résultats d’une grande enquête menée avec BVA et en partenariat avec Madame Figaro sur la place qu’occupe le numérique dans la vie des Français, aujourd’hui et demain, pour eux et les générations futures.

Cette étude a été réalisée par BVA par Internet du 7 au 9 février 2022 auprès d’un échantillon représentatif de 1650 Français âgés de 18 ans et plus. 

La représentativité de l’échantillon a été assurée grâce à la méthode des quotas : sexe, âge, catégorie socio-professionnelle, région, catégorie d’agglomération.

  • Pour les Français, le digital a essentiellement transformé leur vie dans leur gestion des tâches du quotidien et notamment la gestion des tâches administratives (40%). Le digital a moins bouleversé leurs relations sociales (17%) et amoureuses (7%, mais 15% chez les jeunes).
  • Quand ils se projettent dans le futur le digital continuera d’avoir selon eux une influence sur la gestion des tâches administratives (40%) mais il aura aussi un impact important sur la santé (36%).
  • Pour parler de leur état d’esprit face au digital, les Français privilégient des qualificatifs davantage positifs (66%), notamment la simplification (35%) et les opportunités que cet outil leur apporte au quotidien (29%). Toutefois, ils sont 52% à citer un qualificatif négatif : 28% ressentent une forme de complexité face à cette technologie, et 17% éprouvent même de l’exaspération, témoignant ainsi d’une relation un peu ambivalente au digital.
  • Le digital est à leurs yeux un secteur très attractif : 9 Français sur 10 (89%) pourraient encourager leur enfant (s’ils en avaient un) à y travailler notamment parce qu’il leur renvoie les signes d’un secteur qui se porte bien : bonne employabilité (40%), variété de débouchés (40%), domaine perçu comme en croissance et stimulant (38%). Un constat partagé par les parents eux-mêmes.

 

 

  • 83% des Français ne perçoivent pas le digital comme un environnement genré. Néanmoins, à choisir entre les deux genres, ils sont plus nombreux à considérer cet univers comme masculin (14% vs. 3% pour féminin). De même, si globalement les Français encourageraient aussi bien leur fils (91%) que leur fille à travailler dans le digital (88%), on observe un léger écart en défaveur des filles, porté un peu plus par les femmes elles-mêmes (85% encourageraient leur fille à y travailler contre 91% des hommes).
  • Pour améliorer l’accès des filles au digital, il faudrait avant tout pour les Français effectuer un travail de long terme sur les stéréotypes (35%) et réprimer plus sévèrement les comportements sexistes ou le harcèlement (33%). Mais d’autres solutions sont également mises en avant par un quart des Français : le développement de rôles modèles (28%) et des actions de sensibilisation comme l’apprentissage du code à l’école (25%) ou un meilleur accès à des formations tout au long de la carrière (24%).

Contact BVA


Christelle Craplet
Directrice de clientèle