La pénurie de médicaments, une expérience relativement commune chez les Français les plus malades

Une expérience qui apparaît relativement courante : 1 Français sur 4 a déjà manqué d’un médicament ou d’un vaccin pour cause de pénurie, qu’il s’agisse d’un traitement pour lui-même ou pour une personne de son foyer.

• Une expérience plutôt rencontrée dans une pharmacie d’officine (22% de Français) qu’à l’hôpital, et est davantage vécue par les personnes ayant une affection longue durée (31%).

• La pénurie concernait principalement les vaccins (36%) et les médicaments contre l’hypertension (13%).

Un niveau d’information perfectible sur la pénurie de médicaments

Moins d’un Français sur deux (41%) s’estime bien informé des médicaments et vaccins faisant l’objet d’une pénurie. Les personnes ayant une affection longue durée, plus à même d’avoir un besoin d’information régulier, ne sont seulement qu’un peu mieux informées (49%). 

• Lorsqu’ils s’estiment bien informés sur ce sujet, 2/3 des Français sont avertis par leur pharmacien d’officine (34%) ou par leur médecin (33%).

• Pour les Français qui en ont été victimes, la cause de la pénurie de médicaments est avant tout le fait des industriels privilégiant certains médicaments ou vaccins au détriment d’autres.

Un impact non négligeable de la pénurie de médicaments sur l’observance du traitement

La pénurie de médicament a eu un impact réel sur le traitement des Français qui en ont été victimes. 45% des Français ont vu leur traitement modifié suite à la pénurie de médicaments. Parmi eux, 21% des Français ont connu de l’anxiété et 14% ont fait face à une augmentation des symptômes.

• L’absence d’impact de la pénurie sur le traitement est surtout rendue possible par la fourniture d’un traitement alternatif par le pharmacien ou l’approvisionnement dans une autre pharmacie.