LA SATISFACTION ENVERS LES MUNICIPALITÉS SORTANTES EST MAJORITAIRE ET EN HAUSSE PAR RAPPORT A 2014

À un mois et demi des prochaines élections municipales, plus de 7 Français sur 10 (71%) se déclarent satisfaits de l’action de leur maire et de son équipe. Un chiffre élevé et en hausse (+13 points) par rapport à 2014. Les habitants des communes rurales (80%) et les sympathisants de la majorité présidentielle (81%) sont plus nombreux à être satisfaits.

Un tiers des Français (36%) souhaite malgré tout que les élections municipales de mars prochain soient l’occasion de changer d’équipe municipale. Cette volonté de voir rebattre les cartes se retrouve plus fortement chez les électeurs du Rassemblement National (48%). Pour une proportion équivalente des Français (35%) ces élections donneront à l’inverse la possibilité de confirmer l’équipe municipale en place dans leur commune. Un souhait de stabilité encore plus fort chez les 65 ans et plus (41%) et les sympathisants LREM (49%).

LES ENJEUX NATIONAUX DIVISENT FORTEMENT L’OPINION

Neuf personnes ayant l’intention d’aller voter sur 10 (90%) déclarent que les enjeux locaux primeront sur les enjeux nationaux lorsqu’elles déposeront leur bulletin dans l’urne. Les problématiques locales occupent une place importante aux yeux notamment des femmes (93%), des 35-49 ans (93%), des habitants des communes rurales (94%) et des sympathisants Les Républicains (95%).

Logiquement, si près des deux-tiers (65%) des personnes interrogées expliquent qu’elles ne tiendront pas compte de la politique actuelle au moment de voter, un quart d’entre elles (26%) souhaite toutefois utiliser ce moment pour sanctionner Emmanuel Macron et le gouvernement. Les employés et ouvriers (35%) et les sympathisants du Rassemblement National (53%) sont parmi les plus nombreux à vouloir signaler leur mécontentement à l’exécutif. Seuls 9% veulent à l’inverse affirmer leur soutien au gouvernement à l’occasion de ce scrutin local.

LA REFORME DES RETRAITES, ÉLÉMENT CATALYSEUR DU SOUTIEN ET DU REJET DE L’EXÉCUTIF LORS DES MUNICIPALES 

La réforme des retraites compte pour beaucoup dans la décision de sanctionner ou de soutenir Emmanuel Macron et le gouvernement, puisque 91% de ceux souhaitant sanctionner l’exécutif déclarent que la réforme des retraites pèse dans leur décision et que 80% de ceux souhaitant soutenir l’exécutif disent de même.

Cette réforme mobilise toutefois davantage contre elle qu’en sa faveur, puisqu’elle pèse plus largement et plus lourdement chez ceux souhaitant pénaliser l’exécutif que chez ceux voulant le soutenir. En effet, plus des deux tiers (68%) de ceux souhaitant sanctionner Emmanuel Macron et le gouvernement déclarent que la réforme des retraites comptera beaucoup dans leur décision, tandis que moins de la moitié (40%) des soutiens à l’exécutif estiment que la réforme pèse fortement dans leur choix.

Contact


Édouard Lecerf
Directeur Général Adjoint