Nicolas Sarkozy, une cote d’influence stable au global qui cache des évolutions importantes dans le détail…

  • 32% des Français déclarent qu’ils souhaiteraient que Nicolas Sarkozy ait davantage d’influence dans la vie politique française, un chiffre exactement identique à celui mesuré à la fin du mois de juin 2014, qui laisserait penser que les derniers événements ont été sans impact.
  • Dans le détail cependant, cette image de stabilité est fragilisée par les évolutions observées auprès de l’ensemble des sympathisants de la droite. Seulement 31% (-9 pts) des sympathisants de l’UDI et 23% (-9 pts) de ceux du Modem souhaitent une influence accrue de l’ancien président, une importante baisse auprès de ces deux populations qui suggère que la séquence judiciaire et médiatique de la semaine dernière a amoindri les désirs des Centristes de voir Nicolas Sarkozy faire son retour en politique. Si la cote d’influence de Nicolas Sarkozy reste très forte auprès des sympathisants de l’UMP (74%), elle connaît également une baisse de 5 points.

…mais une séquence qui lui bénéficie dans la perspective de la Primaire UMP

  • En cas de primaire UMP, 38% des électeurs potentiels de la primaire voteraient pour Nicolas Sarkozy (+7 pts) contre 32% pour Alain Juppé (+3 pts), le retour médiatique de Nicolas Sarkozy s’est donc traduit par une avance accrue sur le maire de Bordeaux.
  • Nicolas Sarkozy possède un net avantage face à son concurrent direct auprès des sympathisants de l’UMP ayant l’intention de participer à la primaire : malgré les événements de la semaine dernière, 54% (+5 pts) voteraient pour lui, contre seulement 29% (+1 pt) pour Alain Juppé, preuve que cette séquence ne lui a pas été défavorable auprès des participants potentiels à la primaire.

À télécharger

Rapport

Partenaires

Sondage réalisé pour

Contact


Groupe BVA