33% des femmes salariées se sentent exposées à un risque de perte d’emploi au cours des trois prochaines années

Certaines catégories de personnes se montrent plus inquiètes que d’autres. 43% des 15-29 ans perçoivent ce risque, qu’on retrouve également à un niveau élevé chez les employées (38%) et les ouvrières (43%).

Une parité qui n’est pas unanimement ressentie, notamment sur le plan de la présence au sein des instances dirigeantes et des perspectives de carrière

Pour ¾ des salariées, les femmes disposent de situations équivalentes à celles des hommes en termes de présence dans les effectifs globaux de l’entreprise (73%).

Manifestant plus de réserves, seules 64% d’entre elles estiment que les femmes bénéficient d’une crédibilité équivalente à celle des hommes dans leur entreprise et 62% que les femmes disposent de situations équivalentes à celles des hommes en termes de rémunération (seulement 57% des femmes de 40-49 ans) ou de présence parmi les managers (61%).

Les opinions sont encore plus critiques en ce qui concerne les perspectives de carrière et la présence au sein des instances dirigeantes.
Uniquement 57% des femmes salariées estiment que les femmes disposent au sein de leur entreprise des mêmes perspectives de carrière que les hommes.

Seulement une salariée sur deux déclare que les femmes sont aussi présentes que les hommes au sein des instances dirigeantes de leur entreprise (51%). Sur ce point, les cadres et les salariées de grandes entreprises sont particulièrement critiques (61 et 63% pensent que les femmes ne disposent pas d’une situation équivalente à celle des hommes sur ce sujet).

La formation : outil le plus à même de développer leur employabilité selon 51% des femmes salariées

Interrogées sur les outils qui permettraient de développer leur employabilité, les femmes salariées citent en premier lieu une formation pour bénéficier de nouvelles expertises sur leur métier (51% et 61% des femmes cadres).

En retrait, 39% seraient également intéressées par un bilan de compétences pour faire le point sur leur savoir-faire (48% chez les 15-29 ans) et 31% par un coaching (41% des cadres et 38% des femmes du secteur privé). Les femmes salariées sont en revanche moins nombreuses à penser pouvoir développer leur employabilité par le biais de conseils sur leur lieu de travail (25%) ou via un temps d’échange ou de réflexion sur leur carrière avec la DRH (24%).