Un tiers des salariés français affirme avoir déjà fait grève au cours de sa carrière professionnelle

16% des salariés déclarent avoir fait grève une fois et 17% indiquent avoir fait grève plus d’une fois. 67% des salariés n’ont jamais fait grève. Sans surprise, les salariés âgés de plus de 50 ans affirment davantage avoir déjà fait grève (48%) que les salariés âgés de 15 à 29 ans (19%) et les salariés âgés de 30 à 39 ans (27%). Les professions intermédiaires sont nettement plus grévistes que les cadres (40% contre 26%). Notons enfin que la pratique de la grève est nettement plus présente au sein des entreprises de plus de 500 salariés (39%) et au sein du secteur public (51%).

Le refus de faire la grève s’explique avant tout par l’absence de sujet, mais aussi pour des raisons économiques ou de convictions

Les salariés qui n’ont jamais fait grève l’expliquent en premier lieu par le fait qu’ils n’ont jamais été confrontés à des insatisfactions ou problèmes (44%), qu’ils ne voulaient pas perdre d’argent (30%) ou qu’ils considèrent que ce n’est pas la bonne solution pour résoudre les problèmes (29%). Les cadres sont plus nombreux à indiquer n’avoir jamais été confrontés à des insatisfactions majeures (53%) ou à s’opposer à la grève pour des raisons de convictions (38%). A l’inverse, les employés qui n’ont jamais fait grève le justifient davantage par la crainte d’une baisse de leurs revenus (35%).

Les salariés grévistes indiquent avoir fait grève autant par solidarité avec leurs collègues que pour obtenir gain de cause

40% des salariés grévistes expliquent avoir fait grève par solidarité avec leurs collègues. Cette justification est davantage donnée par les employés (44%) que par les cadres (27%). Ces derniers expliquent davantage avoir fait grève car ils n’avaient pas peur pour leur emploi et ne craignaient pas de perdre de l’argent (51% contre 31% pour l’ensemble des salariés). Les salariés grévistes mettent aussi en avant le fait que les négociations dans l’entreprise et les représentants du personnel n’ont pas suffi à régler le conflit (37%). Cette raison est plus particulièrement avancée par les salariés qui appartiennent aux entreprises de plus de 50 salariés.

Pour près d’un salarié sur deux, la grève concernait la rémunération et les avantages sociaux

47% des salariés grévistes indiquent que la grève concernait leur rémunération ou leurs avantages sociaux. Un tiers d’entre eux ont expliqué aussi avoir fait grève pour une raison liée à leurs conditions de travail (33%). Dans une moindre mesure, ils expliquent aussi que cette grève concernait une loi contre laquelle ils souhaitaient se mobiliser (26%), qu’il s’agissait d’une grève en solidarité avec d’autres grévistes (21%) ou qu’elle concernait la sauvegarde de l’emploi dans leur entreprise (21%).

La grève est perçue par les salariés français comme un mode de résolution des conflits en ultime recours, l’expression d’un échec

80% des salariés français estiment que la grève est un ultime recours en cas d’échec des négociations et seulement 40% pensent que c’est le meilleure moyen pour obtenir satisfaction. Cette opinion est plus présente chez les employés (47%), les ouvriers (48%) et les salariés du public (48%).