Quel impact la crise sanitaire a-t-elle sur l’immobilier ? DRIMKI et BVA ont mis en place un indicateur de suivi régulier des intentions d’achats immobiliers des Français et publient aujourd’hui les résultats de la quatrième vague d’enquête. Près de quatre mois après le déconfinement, mais dans une situation sanitaire et économique encore floue, les Français parviennent-ils à se projeter plus facilement sur leur avenir ? Ont-ils, à cet effet, davantage l’intention de se lancer dans un projet immobilier ?

 

La proportion de Français ayant un projet immobilier dans les 12 prochains mois demeure relativement stable

C’est, en effet, toujours le cas d’environ 1 Français sur 6 (16% ; -1 pt vs. Février et Mai 2020 / +1 pt vs. Mars 2020) : le déconfinement et la période estivale ne semblent donc pas avoir eu de réels impacts, positifs ou négatifs, sur les désirs de ces derniers. 

Certaines catégories de population s’illustrent encore par des velléités d’achat plus importantes, notamment les plus jeunes (moins de 35 ans : 36%; +5 pts. vs. mai 2020). La situation professionnelle semble également jouer beaucoup : les cadres (27%; -6 pts.), les individus ayant des revenus mensuels supérieurs à 3500€ (20%; -2 pts.) et, plus globalement, les salariés (19%; -5 pts.) ont, effectivement, des intentions plus fortes à ce sujet, bien qu’en baisse depuis la précédente vague.

 

L’achat du premier logement, une nouvelle fois en pôle position des projets immobiliers

39% des Français ayant un projet immobilier dans l’année à venir souhaitent acheter leur premier logement. Même si cette proportion atteint son niveau le plus bas depuis le lancement de l’indicateur Drimki-BVA, elle reste bien supérieure à celle des autres types de projets. Cette ambition concerne, comme lors des précédentes éditions, davantage les plus jeunes (52%; -3 pts.), mais aussi les personnes ayant le moins de ressources (revenus mensuels inférieurs à 2500€ : 59%; +3 pts.).

Le changement de logement (vente de son logement actuel pour en acheter un autre ou construire) est toujours considéré par plus d’un quart des Français ayant un projet immobilier (27%). Cette part est stable depuis février 2020. Les plus âgés et les personnes disposant des situations financières les plus confortables (revenus mensuels supérieurs à 3000€) sont plus nombreux à envisager ce projet (respectivement 43% et 37%; + 6pts. et + 4 pts.).

A noter : Les personnes ayant les plus hauts revenus sont également plus nombreuses à envisager l’acquisition d’une résidence secondaire (18% vs. 9% au global).

D’autre part, la proportion de Français ayant pour objectif d’acheter un logement dans l’optique de le louer est en légère baisse depuis le début de l’année (17%; – 2 pts. vs. février 2020) : un constat pouvant être lié à la situation économique actuelle.

Enfin, la vente d’un logement sans en acheter un autre reste un projet immobilier partagé par très peu de Français; toujours moins d’un sur dix (7%), même si l’on observe une légère hausse des intentions depuis mai 2020 (+ 3 pts.).