En cette fin de période estivale et à l’aube de la rentrée, quelles sont les intentions des Français en matière d’immobilier ? Dans le contexte actuel, comment appréhendent-ils l’entreprise d’un tel projet ? Estiment-ils qu’il est difficile de se lancer dans cette démarche ?

Une proportion stable de Français ayant un projet immobilier dans les 12 prochains mois, mais en progression chez les jeunes

Toujours 1 Français sur 6  affirme avoir un projet immobilier pour l’année à venir (16%; -1 pt vs. Mai 2021).

Une nouvelle fois, cette ambition est davantage partagée chez les plus jeunes (33%; +7 pts), qui semblent retrouver le désir de se lancer dans un projet après la période estivale, et chez les personnes appartenant aux catégories socio-professionnelles aisées (26%; +1).

La rentrée redistribue les cartes : le souhait d’acquérir son premier logement de nouveau en hausse, les résidences secondaires mises de côté

Les Français ayant pour objectif de devenir primo-accédants retrouvent un certain allant et sont plus nombreux qu’en mai (42% ; + 7 pts). Leur proportion atteint même son niveau le plus haut, identique à l’avant Covid-19 (Février 2020), signe peut-être d’une amorce de sortie de crise et d’un retour à la normale ?

Même si elle est d’une moindre ampleur, l’embellie est également observable pour les investisseurs. En baisse depuis novembre 2020, le désir d’acheter un bien dans une optique d’investissement repart, en effet, enfin à la hausse (17%; +2 pts).

Au contraire, une part amoindrie de Français ayant un projet immobilier souhaite désormais acheter une résidence secondaire (5% ; – 9 pts); une régression peut-être expliquée par la fin de l’été, une période davantage source de projection pour ce type de projet.

Deux tiers des Français jugent qu’il est difficile de mener à bien un projet immobilier dans le contexte actuel (66%)

17% d’entre eux estiment même que la réalisation d’un tel projet est, aujourd’hui, très difficile. Même si les projets repartent à la hausse dans certaines catégories de population, le sentiment que cela reste difficile dans le contexte actuel domine, que ce soit chez les personnes qui ont un projet immobilier (62%) ou chez les moins de 35 ans (67%).

On note par ailleurs une plus grande appréhension chez les primo-accédants (76% jugent qu’il est difficile de mener à bien son projet immobilier dans le contexte actuel). De manière générale et assez logiquement, le pessimisme est accru chez l’ensemble des personnes ayant une situation financière moins solide.