• Un mois avant le premier tour des élections municipales, notre estimation fait état d’une participation sans doute supérieure à celle enregistrée au 1er tour de 2014 (entre 56% et 60% contre 55% en 2014). Cette mobilisation plus importante s’explique par le niveau d’incertitude et l’enjeu qui entourent le scrutin : la succession d’Alain Juppé, dans une ville ancrée à droite depuis la Libération.
  • La liste Les Républicains, UDI, MoDem, Agir et Mouvement Radical conduite par Nicolas Florian arriverait nettement en tête du premier tour avec 40% des suffrages exprimés. Cette liste devancerait de 10 points la liste Europe Ecologie Les Verts, Parti Socialiste, PCF, PRG, Génération.s, Place Publique et Nouvelle Donne conduite par Pierre Hurmic, créditée de 30% des voix. 
  • Possible surprise de ce scrutin : la liste NPA – La France Insoumise conduite par Philippe Poutou apparaît créditée de 12% des intentions de vote et pourrait ainsi se maintenir au 2nd tour.
  • La liste La République en Marche conduite par Thomas Cazenave arrive en 4ème position et apparaît pour l’heure tout juste en mesure de se maintenir, avec 11% des suffrages exprimés. Ce score est susceptible de varier car c’est pour cette liste que la sûreté de choix apparaît la moins forte : 57% contre 72% en moyenne.
  • Enfin, la liste du Rassemblement National conduite par Bruno Paluteau recueillerait 5% des suffrages exprimés, devant la liste UPR conduite par Gilles Garçon (2%) et devant la liste sans étiquette conduite par Pascal Jarty (score inférieur à 0,5%).
  • Si les sympathisants LR expriment des intentions de vote relativement claires et homogènes (à près de 80% en faveur de Nicolas Florian), les sympathisants LREM semblent beaucoup plus partagés : 37% déclarent avoir l’intention de voter pour la liste de la majorité présidentielle, tandis que 49% ont l’intention de soutenir le successeur d’Alain Juppé. A noter que les électeurs d’Emmanuel Macron en 2017 ont majoritairement l’intention de soutenir Nicolas Florian également (52%) tout comme les électeurs d’Alain Juppé en 2014 (62%). Dans une ville historiquement de droite, Nicolas Florian semble pouvoir compter sur un socle électoral solide. D’autant plus qu’une très large majorité des Bordelais (82%) se déclarent satisfaits de l’action d’Alain Juppé en tant que maire de Bordeaux. Et en dépit d’un déficit de notoriété et d’image, le bilan de Nicolas Florian depuis un an est plutôt positif également (62% de satisfaction).