L’issue des élections municipales s’annonce incertaine à Périgueux, où la configuration politique est inédite. Alors qu’il n’y avait que trois listes en 2014 au premier tour, ce sont 9 listes qui pourraient se présenter le 15 mars prochain. Une situation qui provoque un éclatement des suffrages et laisse les habitants un peu perplexes.

LE MAIRE SORTANT, ANTOINE AUDI, PEINE A S’IMPOSER FACE A LA MULTITUDE DE LISTES

Le maire sortant, Antoine Audi, termine son premier mandat sans susciter un engouement très fort chez les habitants : seuls 45% se disent satisfaits de son action en tant que maire de Périgueux, contre 50% qui ne sont pas satisfaits (dont 23% « pas du tout »). Si les sympathisants de la droite se montrent majoritairement satisfaits (68%) tout comme ses électeurs de 2014 (61%), c’est dans des proportions relativement limitées, une minorité non négligeable de son cœur électoral ne se montrant pas satisfaite.

Sa liste arriverait néanmoins légèrement en tête des intentions de vote (19%), avec un score très en deçà de celui qu’il avait réalisé en 2014 (39,5%). Il est notamment concurrencé par la liste conduite par Patrick Palem soutenue par LREM et le Modem, qui recueillerait 15% des suffrages et attirerait un quart de ses électeurs de 2014.

Antoine Audi pâtit également des candidatures de ses deux anciens adjoints, Elisabeth Dartencet (qui obtiendrait 5% des voix et pourrait éventuellement fusionner avec une autre liste) et Laurent Rouquié (4%) mais aussi d’une éventuelle liste du Rassemblement national : avec 12% des voix, cette dernière serait en mesure de peser dans le jeu politique puisqu’elle pourrait se maintenir au second tour. En définitive, seule la moitié des électeurs du maire en 2014 ont l’intention de revoter pour lui cette année.

A GAUCHE, EELV DOMINE FACE AUX LISTES DE L’OPPOSITION PS ET DE L’ANCIEN MAIRE MICHEL MOYRAND

Avec 16% des intentions de vote, la liste EELV conduite par François Carême pourrait faire un bon score, équivalent à celui obtenu lors des dernières élections européennes (15%). Elle devance la liste du PS et de Nouvelle Donne conduite par Delphine Labails (11%), qui ferait jeu égal avec celle de l’ancien maire PS Michel Moyrand (11%). Toutes deux pourraient donc se maintenir au second tour. Notons enfin que la liste soutenue par la France insoumise, Génération.s et le Parti communiste obtiendrait 7% des voix.

En définitive, trois listes se distinguent en tête des intentions de vote (celles d’Antoine Audi, d’EELV et de LREM), tandis que trois autres listes seraient susceptibles de se maintenir au second tour, ce qui pourrait conduire à de fortes tractations dans la perspective du second tour.