A 2 semaines du 2nd tour des élections municipales, dans un contexte totalement inédit, notre sondage révèle un scrutin très incertain à Toulouse.

 

INCERTITUDE SUR LA MOBILISATION LE 28 JUIN

Notre sondage, pour le 2nd tour, anticipe une participation supérieure à celle du 1er tour mais inférieure à celle enregistrée au 2nd tour de 2014 (58%). Elle devrait se situer autour de 48%, soit au moins 10 points de plus qu’au 1er tour mais 10 points de moins qu’en 2014.

Il reste toutefois encore deux semaines avant le scrutin et ce niveau de mobilisation est susceptible d’évoluer jusqu’au dernier moment, à la fois en fonction des dynamiques de campagne mais aussi et surtout en fonction de l’évolution de la situation sanitaire en France. Et le niveau de la participation final ne sera pas sans conséquence sur l’issue du scrutin.

 

UN SECOND TOUR TRÈS SERRÉ

L’état actuel du rapport de forces fait état d’un léger avantage à la liste de gauche : la liste d’union de la gauche, « Archipel Citoyen », conduite par Antoine Maurice est ainsi créditée de 51% des intentions de vote contre 49% pour la liste « Aimer Toulouse » conduite par Jean-Luc Moudenc.

Pour l’instant, la dynamique semble donc plutôt favorable à la liste d’union de la gauche. Mais deux éléments sont à garder à l’esprit et pourraient faire évoluer la situation :

  • Pour l’emporter, Antoine Maurice devra réussir à faire le plein des voix des électeurs de Pierre Cohen et de Nadia Pellefigue le jour J.
  • Autre élément, la « certitude de choix » est légèrement plus faible (85%) pour les électeurs déclarés d’Antoine Maurice que pour ceux de Jean-Luc Moudenc (93%).

On voit donc ici que la capacité des deux candidats à mobiliser leur électorat sera déterminante.

 

LA CRISE ÉCONOMIQUE ET LA CRISE SOCIALE, ENJEUX MAJEURS DU PROCHAIN MAIRE DE TOULOUSE

Les deux tiers des Toulousains interrogés estiment que le COVID 19 aura des conséquences qui vont bouleverser durablement leur quotidien dans la métropole (67% dont 25% « certainement »). Une crise économique pour les entreprises de la métropole (72%) et une crise sociale (55%) sont les deux conséquences les plus redoutées par les Toulousains.

Or, c’est Jean-Luc Moudenc qui apparaît comme le candidat le plus en mesure de protéger la ville face à la crise économique et au chômage (45% contre 28% pour Antoine Maurice). Aux manettes pendant la crise du Covid-19, c’est aussi lui qui apparaît le plus en mesure de protéger la ville face à la crise sanitaire (44% contre 27%). Des résultats qui s’expliquent sans doute en partie par l’expérience du maire sortant alors que, rappelons-le, selon un sondage BVA pour La Tribune datant de mai 2019, Antoine Maurice était encore il y a un an totalement inconnu du grand public. Le candidat de la gauche apparaît pour sa part comme le plus en mesure de protéger la ville face à la crise écologique et au risque climatique (40% contre 34% pour Jean-Luc Moudenc).

 

Reste à savoir dans quelle mesure ces enjeux pèseront vraiment le 28 juin.