En vue de la journée des aidants du 6 octobre prochain, BVA et Apicil livrent les résultats de la 2e vague de cette étude menée auprès des mandataires judiciaires et des particuliers amenés à gérer les finances de personnes n’ayant plus les capacités de le faire seules.

Qui sont les aidants patrimoniaux ?

Plutôt masculine et diplômée, la population des aidants patrimoniaux réalise cet accompagnement financier le plus souvent en direction d’un parent (39%), en situation de vieillesse (42%).

Un rôle exercé en partie dans l’ombre : 28% des aidants gèrent les finances de leur proche sans statut officiel reconnu par la justice.

La réalisation d’opérations financières variées et complexes

Mandataires professionnels comme particuliers réalisent des actions variées pour le compte de la personne en situation de dépendance, allant de la gestion des comptes et des dépenses, à des opérations plus complexes comme des opérations boursières, la réalisation d’une succession ou d’une transaction immobilière. 85% des mandataires et 68% des aidants estiment avoir déjà rencontré des difficultés dans l’exercice de ce rôle.

Bien que non professionnels, les aidants gèrent des portefeuilles de revenus plus importants que les mandataires, et s’avèrent moins conventionnels dans le choix des placements financiers.

Des aidants patrimoniaux plus fragiles et plus isolés qu’il y a un an

Alors que les mandataires professionnels bénéficient d’un réseau large de soutien, 32% des aidants estiment ne s’appuyer sur personne pour être conseillés et aidés dans leur rôle d’accompagnement financier, soit 8 points de plus qu’en 2019.

Ils sont également moins nombreux à se sentir suffisamment armés pour exercer leur rôle (73%, -9 pts) et à se déclarer suffisamment reconnus par la société (50%, -9 pts).

Des avancées législatives inégalement connues

Si les mandataires professionnels se sont bien appropriés la loi du 23 mars 2019 relative aux personnes majeures protégées, les aidants sont seulement 58% à en avoir entendu parler et 24% à connaître le détail des mesures. Parmi les autres pistes pouvant soulager les professionnels comme les particuliers dans l’exercice de leur rôle figurent la mise à disposition d’un référent unique joignable pour toute question, une veille juridique et des formations de nature financière.

Retrouvez ci-dessous l’infographie de cette étude en cliquant sur l’image :