Statut quo pour Emmanuel Macron (42%; stable) et Jean Castex (40%; +1)

Les cotes de popularité d’Emmanuel Macron (42% comme le mois dernier) et Jean Castex (40%; +1) sont stables ce mois-ci, après avoir baissé en octobre sur fond de grogne sur le pouvoir d’achat. Elles témoignent ainsi de la résistance du couple exécutif, dont le socle d’opinions favorables s’avère plutôt solide au fil du temps. Précisons que ces mesures sont antérieures à l’annonce des mesures gouvernementales pour faire face à la 5ème vague d’épidémie.

Une large approbation de l’ouverture à tous les Français de la 3e dose de rappel (70%)

La décision d’ouvrir la 3e dose de rappel à tous les Français de 18 ans et plus – annoncée juste après la fin du terrain mais qui faisait déjà l’objet de rumeurs la veille – recueille un large assentiment des Français : 70% y sont favorables, dont 41% estimant qu’il fallait « tout à fait » le faire.

Les décisions prises semblent faire écho aux souhaits des Français, dans un contexte où la perspective d’un reconfinement semble inéluctable à une majorité d’entre eux (62%), 35% le « redoutant », notamment chez les 25-34 ans (42%) et les employés et ouvriers (41%).

« Primaire » à droite : Xavier Bertrand suscite davantage d’intérêt chez les sympathisants LR

Auprès des personnes se disant proches de LR – et non des militants appelés à les départager lors du prochain congrès du parti – Xavier Bertrand tire clairement son épingle du jeu : 73% d’entre eux souhaitent qu’il ait de l’influence à l’avenir en politique (+4), loin devant Valérie Pécresse (56%; -11) et Michel Barnier (46%, que nous testions pour la 1e fois).

« Affaire Hulot » : des effets déjà mesurables dans notre enquête

Même si le reportage d’Envoyé Spécial concernant les accusations de viol à l’encontre de Nicolas Hulot n’avait pas encore été diffusé au moment de notre enquête, son interview sur BFM-TV dans laquelle il annonce son retrait de la vie publique, intervenue juste avant le début des interviews, ainsi que les réactions suscitées sur le fond, ont d’ores-et-déjà eu un effet dans l’opinion : sa cote d’influence diminue fortement (25%; -6), le faisant passer de la 2e place de notre classement à la 4e place ex-aequo. Il arrive désormais derrière Marine Le Pen (29%; +2) et Xavier Bertrand (27%; +2), Edouard Philippe dominant toujours assez nettement ce palmarès (41%; +1).

La cote d’influence d’Éric Zemmour n’évolue guère (22%; +1)

22% des Français souhaitent que le polémiste ait de l’influence à l’avenir (+1), ce qui le situe toujours derrière Marine Le Pen et ne traduit pas de dynamique forte en sa faveur. Notons toutefois qu’il semble séduire une part grandissante de sympathisants LR : 39% d’entre eux souhaitent le voir jouer un rôle plus important à l’avenir, soit une hausse de 7 points depuis le mois dernier. C’est nettement moins toutefois que ce qu’expriment les sympathisants RN : 57% souhaitent qu’il ait de l’influence à l’avenir (+3).