Les Français approuvent le choix du gouvernement de ne pas reconfiner le pays (63%)

L’annonce du non-reconfinement par Jean Castex le 29 janvier dernier est bien accueillie par l’opinion. Près des 2/3 des Français (63%) déclarent approuver cette décision de ne pas reconfiner, même localement. 1 sur 4 l’approuve même « tout à fait ». Il s’agit d’un soutien marqué, dans un contexte où, certes la situation sanitaire globale demeure stable, mais où la menace des variants reste vivace et où certains territoires comme Dunkerque et la Moselle se trouvent en difficulté.

La gestion de la crise sanitaire par le gouvernement retrouve du crédit (39% ; +9)

Même si les Français restent largement critiques à l’égard de la gestion de la crise sanitaire par le gouvernement (61% la trouvant mauvaise), ils sont désormais 39% à la juger bonne, un résultat en hausse de 9 points par rapport à janvier. Ce sursaut d’adhésion est probablement lié à l’atténuation des critiques de janvier concernant la campagne de vaccination et par cette annonce de ne pas reconfiner, qui a pu paraître particulièrement positive dans un contexte où les Français s’attendaient à une annonce inverse.

Cette gestion de crise des dernières semaines semble avoir regagné du crédit de façon large : elle est davantage soutenue par les Français que le mois dernier, quel que soit leur âge et leur catégorie sociale.

Une stratégie qui renforce le couple exécutif : hausse des cotes de popularité d’Emmanuel Macron (42% ; +5) et de Jean Castex (42% ; +6)

Le couple exécutif bénéficie directement et nettement de ses choix concernant la crise sanitaire. Ainsi, 42% des Français déclarent avoir une bonne opinion d’Emmanuel Macron. Il s’agit d’un résultat en hausse de 5 points par rapport au mois de janvier et qui rejoint les niveaux d’octobre et novembre dernier.

La dynamique est encore plus nette pour son Premier ministre, qui rappelons-le avait porté l’annonce du non-reconfinement : Jean Castex est désormais crédité de 42% de bonnes opinions également, en hausse de 6 points par rapport au mois dernier. Ce résultat est d’autant plus notable qu’il vient mettre un point d’arrêt à la baisse continue de sa popularité depuis sa nomination (de 56% en juillet jusqu’à 36% en janvier) et qu’il n’est plus distancé par le chef de l’Etat.

L’instauration de la proportionnelle : les Français partagés quant à son impact sur l’abstention (52%)

Le débat sur l’introduction de la proportionnelle aux élections a refait irruption dans l’actualité ces dernières semaines sous l’impulsion du MoDem, via une lettre ouverte adressée au Président de la République et deux propositions de loi déposées à l’Assemblée nationale. Si ce scrutin est généralement associé à différents atouts et faiblesses, l’argument selon lequel la proportionnelle permettrait de réduire l’abstention, par une meilleure représentation de tous les partis politiques, ne convainc que modérément. Une courte majorité des Français (52%) pense que ce changement permettrait de lutter contre l’abstention (12% tout à fait) contre 48% qui n’y croient pas.