Une popularité en demi-teinte pour Elisabeth Borne

Quelques jours après sa nomination à Matignon, Elisabeth Borne bénéficie d’une popularité en demi-teinte : 50% ont une bonne opinion d’elle en tant que Première ministre, 49% une mauvaise opinion.

Sa popularité est supérieure à celle d’Emmanuel Macron (42% ; stable) et à celle de Jean Castex le mois dernier (43%). Mais la nouvelle Première ministre ne bénéficie pas du même élan de sympathie qu’Edouard Philippe (59%) ou Jean Castex (56%) à leur entrée à Matignon.

Elisabeth Borne bénéficie de jugements plus positifs chez les femmes (53%) que chez les hommes (46%), ces dernières étant peut-être sensibles au fait que le poste de Premier ministre soit occupé par une femme, ce qui n’était pas arrivé depuis 30 ans. Les femmes sont d’ailleurs plus nombreuses que la moyenne à considérer qu’avoir une femme Première ministre est un atout (43% contre 38% des Français). La majorité des répondants considère toutefois que ce n’est ni un atout ni un handicap (53%), tandis que 8% pensent que c’est un handicap.

Les retraites : un dossier épineux pour Emmanuel Macron

Le Président, dont la popularité est stable à 42%, doit faire face à de nombreux chantiers dont celui de la réforme des retraites. Un sujet qui est loin de faire consensus chez les Français, tant dans le contenu de la réforme que dans le calendrier de mise en œuvre envisagé.

Ainsi, 24% des interviewés estiment qu’il est urgent de mettre en œuvre cette réforme, tandis que 22% considèrent qu’il faut la mettre en œuvre mais sans urgence. La majorité des Français affiche son hostilité au projet en estimant qu’il ne faut pas mettre en œuvre cette réforme (53%).

Logiquement, on observe de forts clivages politiques sur le sujet, les sympathisants de gauche étant encore plus hostiles (61%). Mais le principal clivage sur le sujet est en réalité générationnel. La majorité des retraités souhaitent qu’on mette en œuvre cette réforme (68%), dont 35% urgemment. A l’inverse, la majorité des actifs (60%) ne souhaitent pas qu’on la mette en œuvre.

La cote d’influence de Jean-Luc Mélenchon recule (33% ; -7)

Après avoir bondi le mois dernier dans la foulée de l’élection présidentielle (+8 points), la cote d’influence de Jean-Luc Mélenchon retombe à son niveau de mars : 33% des Français souhaitent qu’il joue un rôle actif dans la politique à l’avenir, soit 7 points de moins que le mois dernier. Il repasse ainsi derrière Marine Le Pen (34%) bien que cette dernière soit elle aussi en perte de vitesse (-3 points). Les deux candidats défaits à la présidentielle se disputent ainsi toujours la place de « principal opposant à Emmanuel Macron ».

Les Français très largement hostiles au burkini dans les piscines (77%)

Au moment où la mairie de Grenoble vient d’autoriser dans les piscines de la ville l’utilisation du burkini, mais aussi le fait d’être seins nus, force est de constater que le sujet est loin de faire consensus chez les Français.

Les trois quarts d’entre eux sont ainsi opposés à l’autorisation des burkinis dans les piscines (77%). Ils sont un peu moins hostiles à la possibilité de s’y baigner seins nus (68%) mais une large majorité affiche néanmoins son opposition à ce sujet.